Le Brexit coûte 1000 euros à chaque ménage british

Royaume UniLe Brexit a coûté «environ 900 livres» à chaque foyer britannique, a estimé mardi le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE).

Le secrétaire d'Etat au Brexit David Davis, ce 22 mai 2018.

Le secrétaire d'Etat au Brexit David Davis, ce 22 mai 2018. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Interrogé sur les conséquences économiques du Brexit, le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE) a expliqué que «les revenus réels des ménages sont environ 900 livres plus bas que ce que nous avions estimé en 2016», dans l'hypothèse que les Britanniques votent en faveur d'un maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Comparée aux prévisions de l'institution à cette époque, la croissance britannique a progressé d'un point de moins que prévu.

Mais, a-t-il ajouté, ce scénario de croissance avait été basé sur l'hypothèse d'un dynamisme économique «relativement faible» aux niveaux européen et mondial, alors que les résultats enregistrés ont été finalement bien meilleurs qu'attendu.

En prenant en compte ce contexte favorable, l'économie britannique aurait perdu «jusqu'à 2» points de croissance potentielle depuis le Brexit.

L'inflation due à la dépréciation de la livre, la lente progression des salaires, la faiblesse de la productivité et le manque d'investissements, à cause de l'incertitude du Brexit, ont été cités comme facteurs explicatifs.

«La croissance a été meilleure que certains ne l'attendaient après le référendum», a réagi un porte-parole de Downing Street, évoquant notamment, pour ces dernières semaines, «un taux de chômage au plus bas depuis 1975» et une «hausse des salaires réels».

La prise de parole de M. Carney devant la Commission de la Chambre des communes au Trésor intervenait deux semaines après que le Comité de politique monétaire (MPC) de la banque centrale a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2018 et 2019, à cause des mauvais résultats économiques du premier semestre.

Selon le MPC, la faible croissance alors enregistrée ( 0,1%), le pire résultat en cinq ans) est néanmoins due aux mauvaises conditions climatiques et l'institution s'attend à un meilleur deuxième trimestre. (afp/nxp)

Créé: 22.05.2018, 20h23

Articles en relation

Brexit: énième camouflet des Lords

Royaume-Uni La chambre des Lords a voté un amendement soutenant le maintien des règles environnementales européennes au Royaume-Uni après le Brexit. Plus...

Brexit: Michel Barnier veut des progrès d'ici juin

Union européenne Lors d'une conférence à Bruxelles, le négociateur en chef de l'UE a rappelé au gouvernement britannique que «l'heure tourne». Plus...

Bruxelles veut prendre la Suisse pour modèle

Brexit La Commission européenne vante l'équivalence des régimes financiers, dont bénéficie par exemple la Bourse suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...