Passer au contenu principal

Le boom de l'industrie suisse des logiciels

Ce secteur prévoit de créer 15000 nouveaux emplois entre cette année et 2018

Photo d'archive
Photo d'archive
pm

Tous les indicateurs économiques sont au vert dans la branche de l'informatique, située au coeur de la révolution digitale. Selon son association faîtière, ICTswitzerland, la seule industrie suisse du logiciel prévoit pour 2018 une hausse de 14,2% de ses chiffres d'affaires. Et ces bonnes perspectives devraient se traduire par de l'embauche: environ 15 000 nouveaux emplois devraient être créés en 2017 et 2018. Ces chiffres sont tirés de l'enquête SSIS (Swiss Software Industry Survey) réalisé par l’Université de Berne. Pour la première fois, le SSIS précise avoir également analysé l’internationalisation de la chaîne de création de valeur des éditeurs suisses de logiciels. Cette année, les volumes d'affaires devraient déjà progresser de manière notable: plus de 8% par rapport à 2016. En 2018, la hausse pourrait être supérieure, entraînant la création de nouveaux jobs. Mais ces nouveaux postes se trouveront davantage à l'étranger qu'en Suisse: la hausse hors des frontières pourrait dépasser 18%, et se situer au-dessus de 11% en Suisse. L'étude pointe cependant un certain "conservatisme" de la part des éditeurs suisses de logiciels. Ces entreprises seraient trop concentrées sur l'opérationnel à court terme et la recherche incessante d'économies au lieu de se risquer dans des investissements plus technologiques. Bref, ils ne seraient pas forcément prêts à négocier le virage de la "mondialisation numérique" promise par les gourous. Les éditeurs helvétiques de logiciels exportent surtout leurs services vers le marché allemand. En Suisse, 210 000 professionnels ICT sont employés dans toutes les branches de l’économie et dans l’administration publique. Selon le consultant IDC, le secteur du "big data" devrait progresser chaque an d'environ 12% pour atteindre, sur le plan mondial, environ 150 milliards de francs cette année. L'industrie, la banque et les administrations publiques sont les domaines les plus gourmands en la matière.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.