Passer au contenu principal

BanquesBNP Paribas Suisse: 250 licenciements possibles

La filiale helvétique de la grande banque française pourrait se restructurer surtout à Genève.

Banque BNP Paribas à Genève.
Banque BNP Paribas à Genève.
archive, Keystone

BNP Paribas Suisse envisage un important plan d'économies. La filiale helvétique de la grande banque française pourrait licencier 250 employés sur un effectif de 1400. La restructuration concernerait principalement Genève, où la banque a son siège.

Les licenciements devraient être prononcés entre l'année prochaine et la suivante, affirme vendredi BNP dans un communiqué. Ce plan d'économies s'inscrit dans le cadre d'une «transformation globale» de l'entreprise. La banque est confrontée - comme d'autres - aux taux négatifs, à la contraction des marges et à la nécessité d'investir dans la technologie.

Mesures sociales pour les licenciés

L'établissement genevois compte procéder à des coupes dans «les fonctions et les métiers de la banque». Contactée par AWP, une porte-parole n'a pas souhaité apporter davantage de précisions à ce sujet. Des «mesures sociales» sont prévues pour les collaborateurs qui viendraient à perdre leur emploi.

Les collaborateurs auront la possibilité de formuler des suggestions permettant de réduire le nombre de licenciements. Ouverte ce vendredi, la période de consultation prendra fin le 14 janvier, explique la banque.

BNP Paribas Suisse articule ses activités autour de deux axes, à savoir la gestion de fortune et la banque commerciale. Les modèles d'affaires de ces deux métiers ont évolué rapidement au cours des dernières années, impliquant une nécessaire adaptation pour améliorer leur compétitivité, selon le communiqué.

«Violation des droits»

En février, la direction du géant bancaire français avait annoncé une révision à la baisse des objectifs de rentabilité pour 2020, assortie d'une nouvelle réduction des coûts de 600 millions d'euros (660 millions de francs) à l'échelle du groupe. Les économies visées pour l'année prochaine s'élèvent à 3,3 milliards d'euros.

Dans un communiqué distinct, l'Association suisse des employés de banque (Aseb) déplore le procédé employé par BNP Paribas. La banque «ne mentionne sciemment pas les droits des collaborateurs de s'informer mais les intimide au contraire en leur transmettant un document soi-disant confidentiel avec les éléments de la procédure de consultation».

L'Aseb accuse l'établissement genevois de violer les droits du travail et la tradition du partenariat social en Suisse en ne donnant pas à ses employés les moyens de s'organiser. L'association réclame la tenue d'une assemblée du personnel sur ses différents sites, afin d'informer les employés.

Le groupe bancaire ne respecte pas les droits syndicaux, malgré la signature d'un accord avec une faîtière syndicale au niveau mondial, critique l'Aseb.

BNP Paribas Suisse figure parmi les plus grandes banques étrangères en Suisse. L'établissement est présent sur sol helvétique depuis 1872.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.