BMW: le patron accordait trop de rabais de flotte

SuisseKurt Egloff, viré brutalement il y a peu, ne respectait pas les règles internes de BMW. Il se montrait trop enclin à conclure des rabais de flotte et des leasings.

Kurt Egloff a été sanctionné par sa hiérarchie pour ses pratiques commerciales.

Kurt Egloff a été sanctionné par sa hiérarchie pour ses pratiques commerciales. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La lumière se fait peu à peu sur le départ précipité de Kurt Egloff, le patron de BMW Suisse. Selon des informations récoltées par le Blick, le dirigeant a été viré brutalement parce qu'il accordait trop de rabais de flotte aux entreprises.

Dans la lutte pour les parts de marché face aux autres marques premium allemandes comme Mercedes et Audi, Kurt Egloff a été accusé d'avoir souscrit trop d'accords spéciaux, ce qui a pesé sur le marge de la marque bavaroise. Il aurait également conclu trop de contrats de leasing, tout aussi peu intéressants au niveau de la marge.

Si BMW a ainsi écoulé 2100 véhicules en avril en Suisse, moins de la moitié l'a été aux conditions normales, ont précisé les sources au journal de boulevard zurichois.

Contre les pratiques internes

Kurt Egloff s'est également vu reprocher d'avoir importé en Suisse de nombreux modèles qui n'ont pas été commandés par les concessionnaires afin d'atteindre les objectifs qui lui avaient été fixés.

Une pratique courante en Suisse et pas du tout illégale mais qui n'est pas encouragée par le groupe bavarois. Des centaines de voitures électriques i3 attendent ainsi toujours de trouver preneur dans les garages en Suisse. Mais sur le papier, le directeur pouvait se targuer de chiffres record avec des importations de plus de 30'000 véhicules en 2017.

Le Tages-Anzeiger avait déjà évoqué un proche du dossier selon lequel le patron de BMW Suisse avait perdu son poste pour ne pas avoir respecté les règles internes de conformité.

Différence de traitement

La délégation lui a également reproché de ne pas avoir traité tous ses partenaires sur le même pied dans les campagnes de rabais pour des modèles spécifiques et avantageux. L'ex-directeur privilégiait en effet ceux qu'il avait rencontrés dans les tournois de golf exclusifs.

Kurt Egloff avait vu son destin scellé au début avril. Une délégation de haut rang, composée notamment du directeur pour l'Europe et d'un représentant du département juridique, avait fait le voyage depuis le quartier général du groupe à Münich. Elle lui avait donné une heure pour vider les lieux et réclamé son badge d'accès au siège suisse du groupe à Dielsdorf (ZH).

Détail piquant: le patron n'était au courant de rien. Il avait prévu une séance peu avant la visite des pontes de Munich et les participants étaient déjà présents lorsqu'ils ont appris que la conférence était brutalement annulée. Ce sont les Allemands qui en ont fait l'annonce aux personnes estomaquées pendant que Kurt Egloff emballait ses affaires.

BMW n'a pas publié le moindre communiqué sur le licenciement de son directeur helvétique. Tout au plus le groupe se borne-t-il à confirmer que «M. Egloff ne travaille plus ici». Le principal intéressé garde également le silence. (nxp)

Créé: 18.05.2018, 09h32

Articles en relation

Le patron de BMW a eu une heure pour partir

Suisse Kurt Egloff, à la tête depuis 2 ans de la marque en Suisse, a été démis mystérieusement de ses fonctions malgré des résultats records. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Comparatif de prix


comparer maintenant

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

RTS: l'actu ira à Lausanne
Plus...