La banque Pictet lâche les énergies fossiles

Placements vertsLa banque se donne un an pour réduire à zéro ses actifs liés au pétrole, au gaz et au charbon bitumineux.

L'établissement se veut exemplaire dans la transition vers l'économie décarbonée.

L'établissement se veut exemplaire dans la transition vers l'économie décarbonée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un message fort qu’envoie la Groupe Pictet à l’occasion de la publication de ses chiffres 2019, en déclarant vouloir éliminer de son bilan toute exposition «à des entreprises exerçant des activités liées à la production et à l’extraction de combustibles fossiles». En clair, la banque privée genevoise n’investira plus dans aucune société liée au pétrole, au gaz et au charbon bitumineux.

«C’est une question de crédibilité vis-à-vis de nos clients et de la société, explique le porte-parole de l’établissement, Simon Roth. Il ne suffit pas de les inciter à orienter leur portefeuille vers des titres liés aux énergies renouvelables, mais il faut d’abord être exemplaires nous-mêmes. Nous allons donc plus loin, en intégrant cette exigence à l’interne.»

Les actifs exposés à ces énergies fossiles représentaient 250 millions de francs au 31 décembre, et la banque se donne une année, jusqu’au 31 décembre 2020, pour les ramener à zéro. «Certains désengagements peuvent prendre du temps car ils correspondent à des opérations à terme venant à échéance d’ici à la fin 2020.»

Influencer les entreprises

Montrer l’exemple aux clients est une chose, mais inciter les entreprises les entreprises à se réformer sous peine de ne plus bénéficier de prêts bancaires est tout aussi primordial. L’adoption des critères ESG, qui garantissent des investissements tenant compte des aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance, est de plus en plus répandue dans les milieux bancaires, les caisses de pensions et les fonds d’investissements afin d’inciter les sociétés à opérer leur mue énergétique.

C’est l’argument soutenu par Renaud de Planta, associé senior de Pictet: «Nous sommes convaincus que les entreprises du secteur privé doivent, elles aussi, contribuer à la transition vers une économie décarbonée, indépendamment des efforts déployés à cette fin par les acteurs du secteur public. Le contrôle que nous exerçons sur notre bilan nous permet d’agir aujourd’hui dans ce sens.»

Embauche

Au chapitre des résultats, le Groupe Pictet a clos l’exercice 2019 avec un bénéfice consolidé s’élevant à 539 millions de francs, en recul de 9,5%, en raison d’investissements consacrés aux infrastructures et au développement des équipes (374 engagements en 2019).

Les actifs sous gestion ont augmenté de 16% à 576 milliards de francs, contre 496 milliards au 31 décembre 2018, grâce aux apports de la gestion d’actifs, de la gestion de fortune et de l’asset servicing, qui se sont montés à 25 milliards de francs.

Créé: 05.02.2020, 17h53

Articles en relation

La banque Pictet se déploie dans le quartier de l'Étoile

Aménagement Une convention de l'État de Genève et du groupe bancaire autorise la réalisation de quatre bâtiments et d'espaces verts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...