Passer au contenu principal

La zone euro accorde une aide de 30 milliards à l'Espagne

Les ministres des Finances de la zone euro sont tombés d'accord sur un plan d'aide à l'Espagne qui devrait se traduire dès la fin du mois par un versement de 30 milliards d'euros à Madrid.

ARCHIVES, Keystone

Les ministres des Finances de la zone euro ont réussi dans la nuit de lundi à mardi à mettre au point un plan d'aide à l'Espagne qui devrait se traduire dès la fin du mois par un versement de 30 milliards d'euros à Madrid. Ils ont aussi réglé un casse-tête, avec la reconduction de leur chef de file Jean-Claude Juncker.

«Nous sommes parvenus à un accord politique sur un projet de mémorandum» concernant l'aide aux banques espagnoles, a annoncé le premier ministre luxembourgeois à l'issue de neuf heures de réunion à Bruxelles.

Le but est de «formaliser l'accord dans la seconde partie du mois, ce qui permettra un versement de 30 milliards d'euros d'ici la fin du mois», a-t-il ajouté. Une nouvelle réunion de l'Eurogroupe aura lieu à cette fin le 20 juillet. La maturité des prêts à l'Espagne pourra aller «jusqu'à 15 ans», mais sera en moyenne de «12 ans et demi», a précisé le président de l'Eurogroupe.

La zone euro a mis sur la table une enveloppe pouvant atteindre 100 milliards d'euros pour les banques espagnoles, mais le montant final dépendra des besoins effectifs calculés établissement par établissement.

Autre accord lié à l'Espagne

L'aide se fera sous conditions, à la fois sur le secteur financier dans son ensemble et pour chaque banque. Parmi ces conditions, «une régulation forte concernant la limitation des salaires des dirigeants» des banques, a précisé le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

D'autre part, la zone euro est d'accord pour que l'Espagne soit autorisée à ne ramener son déficit public à 3 % du PIB qu'en 2014 au lieu de 2013, en raison des difficultés économiques du pays.

Le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn a précisé qu'en échange, Madrid devrait présenter d'ici la fin du mois un plan d'ajustement pour 2013 et 2014. L'objectif est désormais de parvenir à un déficit public de 6,3 % cette année, 4,5% en 2013 et 2,8 % en 2014, a-t-il détaillé.

Selon une source proche de Madrid, dix milliards d'euros de coupes dans les dépenses sont programmées cette année. D'après cette source, le programme prévoit également une hausse de la TVA, une réduction des remboursements de la Sécurité sociale, une diminution des allocations chômage et une refonte de la grille de calcul des retraites.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.