Passer au contenu principal

Une véritable révolution dans les matières premières voit le jour à Genève

Quinze acteurs majeurs du négoce, basés à Genève, ont créé la première plate-forme blockchain commune au monde.

Livrer des tonnes de soja ou des millions de barils de pétrole prendra désormais jusqu’à cinq fois moins de temps, garantira la provenance et limitera les risques de fraude.
Livrer des tonnes de soja ou des millions de barils de pétrole prendra désormais jusqu’à cinq fois moins de temps, garantira la provenance et limitera les risques de fraude.
Jean-Paul Pelissier

Pourtant concurrentes dans les affaires, quinze sociétés actives dans le trading de matières premières ont mis leurs forces en commun pour développer la première plate-forme ouverte où toutes les opérations d’une transaction seront entièrement digitalisées, cryptées et sécurisées. «C’est un fait unique au monde», nous affirme Souleïma Baddi, CEO de la société Komgo SA, qui a développé et qui pilotera cette plate-forme blockchain à Genève. Parmi ces géants de la branche, on trouve des grandes banques spécialisées dans le financement du négoce, comme ING, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Citibank, Natixis, Rabobank, ABN Amro, Mitsubishi UFJ Financial Group ou Macquarie Group, des sociétés de trading, telles que Mercuria, Shell Trading and Supply, Koch et Gunvor, ainsi que le numéro un mondial de la certification et de l’inspection, SGS.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.