Riches: mode d'emploi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après l’étude, publiée l’an dernier par Oxfam, ayant dévoilé que huit personnes sont aussi riches que la moitié la plus pauvre de l’humanité, l’Université de Berkeley vient de révéler que la concentration des richesses était encore plus grave ! En fait, les super-riches constituant l’extrême crête de la pyramide – les 0.1% de l’humanité –dissimulent au moins le quart de leur fortune dans des paradis fiscaux leur permettant de payer nettement moins d’impôts dans les pays où ils vivent et travaillent. Hors la loi ou seulement en-dehors de la loi ? Un constat : la probabilité – et les possibilités – d’échapper au fisc augmentent exponentiellement en même temps que la richesse. En bref, plus on est fortuné et plus les opportunités de frauder sont légion.

Ainsi, dans un pays comme les Etats-Unis, les services fiscaux (Internal Revenue Services) ont-ils estimé que c’étaient pas moins de 400 milliards de dollars qui échappent annuellement aux impôts du fait de fraudes et de blanchiments divers. A cet égard, la fraude des privés n’est qu’une portion d’un mal endémique qui contamine – ou qui provient ? – un monde de l’entreprise US qui a fait fait de l’évasion fiscale un véritable fonds de commerce. L’ «ingénierie» – terme politiquement correct reflétant l'hypocrisie de mise dans ces milieux corporatifs – permet tout de même de soustraire en toute légalité 2’000 milliards de dollars par an au contribuable US, soit environ 15% du PIB américain.

«La probabilité – et les possibilités – d’échapper au fisc augmentent exponentiellement avec la richesse»

Faut-il rappeler l’exemple d’Apple qui détient la quasi-totalité de ses réserves en cash (soit 240 sur ses 255 milliards de dollars) dans ces centres offshores lui épargnant d’être imposé dans son pays d’origine ? Apple qui – en dépit des océans de liquidités à sa disposition – emprunte en même temps des dizaines de milliards pour financer le paiement de ses dividendes et de ses rachats d’action afin de profiter en outre de taux d’intérêt historiquement bas. Les familles américaines privées des minima sociaux sous prétexte que l’Etat est fauché peuvent donc remercier Apple dont la capitalisation boursière pourrait prochainement dépasser le trillion de dollars…

Par delà l’exemple spectaculaire d’Apple, les autres entreprises américaines ne sont évidemment pas en manque d’inventivité sur le plan de l’optimisation fiscale puisque Microsoft et Cisco sont (pour ne citer qu’eux) les heureux détenteurs de respectivement 113 et 62 milliards de dollars offshore. En réalité, aux Etats-Unis comme dans le reste des nations Occidentales, l’évasion et la fraude sont tout à la fois le fait des privés et des institutionnels qui ne font que profiter d’un système économico-politico-financier visant à conforter les plus riches.

* www.gestionsuisse.com (TDG)

Créé: 16.06.2017, 19h55

Michel Santi,
Macro-économiste, directeur d’Art Trading Finance

Image

Michel Santi, macro-économiste, directeur d’Art Trading Finance

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.