La justice enquête sur des soupçons d’évasion fiscale chez Swissquote

FinanceLa banque basée à Gland a dénoncé aux autorités une de ses clientes, la société Blue Ocean, basée à Porto Rico. Des sommes à neuf chiffres ont été bloquées. L’affaire étonne par ses dimensions et son casting haut en couleur.

Le siège de Swissquote à Gland.

Le siège de Swissquote à Gland. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Etoile montante de la finance helvétique et numéro un suisse de la banque en ligne, Swissquote se présente comme une banque jeune, numérique et innovante. Fondé en 1996, l’établissement basé à Gland (VD) a peu fait parler de lui dans des affaires pénales. Mais ses relations avec une petite banque basée entre Porto Rico et l’île Maurice intéressent aujourd’hui la justice genevoise. La procureure Caroline Babel Casutt enquête sur un scandale d’escroquerie et d’évasion fiscale, impliquant un sulfureux prince belge et ses clients français.

Selon nos informations, recueillies en collaboration avec le magazine français L'Obs, Swissquote a dénoncé il y a quelques mois au bureau suisse chargé de la lutte antiblanchiment, le MROS, un compte ouvert chez elle par la banque portoricaine Blue Ocean. Il s’agit d’un compte «omnibus», regroupant les avoirs de nombreux clients et contenant des sommes à neuf chiffres, soit plus de 100 millions de francs. Une enquête pour blanchiment d’argent a ensuite été ouverte à Genève et le compte a été bloqué. Une partie des avoirs qu’il contient aurait été libérée depuis.

Un prospectus d'ouverture de compte chez Blue Ocean.

Nébuleuse neuchâteloise

Selon des documents obtenus par L’Obs, Blue Ocean travaille depuis longtemps avec le groupe Helin, dirigé depuis Neuchâtel par le prince belge Henri de Croÿ et son frère. Cette nébuleuse de sociétés vouée à l'optimisation fiscale est désormais visée par des enquêtes en France et en Suisse. A Genève, plusieurs plaintes pénales ont été déposées par des clients qui disent avoir perdu des millions dans les montages exotiques de Helin.

Le prince Henri de Croÿ (DR).

Entendu en septembre comme témoin par la procureure Babel Casutt, le patron de Blue Ocean a confirmé avoir reçu au moins 63 millions de francs provenant de clients de Helin et répartis sur 73 comptes. L’objectif était de mettre à l’abri ces fonds au moment où Helin s’est retrouvé empêtré dans une affaire de fraude aux Emirats arabes unis et que ses comptes ont été bloqués.

Echapper au fisc

Dans son ordonnance de séquestre adressée à Swissquote, la procureure Babel Casutt exige la remise d’une abondante documentation: profils des clients, notes internes, e-mails et comptes rendus de réunions. Selon nos informations, son enquête sur Blue Ocean porte sur des soupçons de blanchiment de «délit fiscal qualifié», c’est-à-dire de soustraction à grande échelle d’impôts. Depuis 2014, un article du Code pénal suisse permet de poursuivre le blanchiment de fonds dissimulés au fisc si les sommes sont suffisamment importantes, plus de 300’000 francs.

«Il n’est pas banal que ce soit une banque entière qui soit visée par un séquestre, et pas seulement une personne», commente l’avocat genevois François Rod, qui n’est pas constitué dans le dossier Blue Ocean, mais défend des clients dans l'affaire Helin.

Interrogés, Swissquote et la justice genevoise refusent de commenter cette nouvelle affaire. L’avocat du patron de Blue Ocean, Grégoire Mangeat, n’a pas répondu à nos questions. La présomption d’innocence s’applique tant que l’affaire n’a pas été jugée.

Discrétion maximale

Âgé d’une cinquantaine d’années, le dirigeant de Blue Ocean est un Français qui a résidé en Suisse dans les années 2000. Cet ancien de Goldman Sachs et de la banque privée genevoise Mirabaud a fondé à Dubaï une banque ultradiscrète, La Trésorerie.

Crée en 2016, sa structure de Blue Ocean semble elle aussi avoir été calibrée pour garantir aux clients une discrétion maximale vis-à-vis du fisc. Car sa double implantation à Maurice et à Porto Rico leur permet d’échapper à l’échange automatique de renseignements fiscaux (EAR), ce réseau mondial auquel la Suisse a dû souscrire après avoir abandonné le secret bancaire.

Les Etats-Unis, dont Porto Rico dépend, n’en font toujours pas partie. Combinée à l’usage de fonds de placement mauriciens, la domiciliation de Blue Ocean sur l’île américaine permet aux clients de ses soustraire à l’EAR et donc, potentiellement, de continuer à cacher leurs avoirs au fisc. C’est ce que détaille une expertise du cabinet Deloitte issue de la fuite des «Dubai Papers», des documents internes de Helin recueillis par L'Obs.

Les relations entre Blue Ocean et Helin allaient au-delà des affaires. Elles étaient aussi amicales. Des photos montrent le patron de la banque portoricaine en smoking, souriant, au bras de deux femmes en robes longues, lors d’une soirée organisée par Henri de Croÿ au château d’Azy, en France.

Le patron de Blue Ocean lors d'une soirée au château d'Azy. (DR)

Durant son audition en septembre, le patron de Blue Ocean a assuré avoir coupé les ponts avec ses anciens amis. Il affirme que sa banque a elle-même perdu 1,5 million de dollars à cause des déboires judiciaires du groupe Helin. «En réalité, a-t-il déclaré lors de son audition, Blue Ocean est victime dans cette affaire.»

Créé: 28.11.2019, 07h09

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...