Passer au contenu principal

L’homme qui veut séparer Credit Suisse en trois

Le fonds activiste de Rudolph Bohli réussira-t-il à convaincre les actionnaires? Le Suisse en est persuadé. Interview.

Rudolf Bohli, 48 ans, s’active en coulisses pour rallier les investisseurs à son plan.
Rudolf Bohli, 48 ans, s’active en coulisses pour rallier les investisseurs à son plan.
SAMUEL SCHALCH

Dans son bureau de Küsnacht, sur la rive dorée du lac de Zurich, l’actionnaire activiste Rudolph Bohli affiche une décontraction déconcertante. Il en faut apparemment plus pour déstabiliser le financier que l’accueil circonspect, voire glacial, réservé à son «plan»: disloquer Credit Suisse. Récent acquéreur de 0,2% des parts de la grande banque, son petit fonds de placement, RBR Capital Advisors, veut scinder l’établissement en trois entités. L’ambition principale: séparer le «joyau» qu’est la gestion de fortune de la division banque d’affaires et délocaliser celle-ci à New York ou Londres. Une troisième unité serait spécialisée dans la gestion d’actifs. «Ruedi» Bohli défend son projet.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.