Le groupe d’experts sur les Panama Papers vole en éclats

BlanchimentL’expert suisse Mark Pieth et le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz claquent la porte du groupe de travail mis en place par le président du Panama, en réaction à la série de publications au mois d’avril.

Le chef du gouvernement de Panama avait confié la direction des travaux à Joseph Stieglitz, prix Nobel d’économie. Mais ce dernier, ainsi que le Suisse Mark Pieth, ont décidé ce vendredi 5 août de quitter avec effet immédiat le groupe d’experts.

Le chef du gouvernement de Panama avait confié la direction des travaux à Joseph Stieglitz, prix Nobel d’économie. Mais ce dernier, ainsi que le Suisse Mark Pieth, ont décidé ce vendredi 5 août de quitter avec effet immédiat le groupe d’experts. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 3 avril, plus de 100 médias du monde entier, dont La Tribune de Genève et Le Matin Dimanche, débutaient une série de révélations sur des pratiques de blanchiment d’argent d’une société de domiciliation panaméenne. Ils se basaient notamment sur une fuite de plus de 11,5 millions de documents. Quelques jours plus tard, face à la pression internationale, le président de la République du Panama Juan Carlos Varela a mis en place un groupe d’experts renommés. Ils devaient émettre des recommandations permettant d’éviter qu’à l’avenir, le Panama ne soit utilisé pour des opérations illégales.

Le chef du gouvernement avait confié la direction de ces travaux à Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie. Mais ce dernier, ainsi que le Suisse Mark Pieth, ont décidé ce vendredi 5 août de quitter avec effet immédiat le groupe d’experts.

«Pieth et Stiglitz étaient inquiets d’une lettre de Farah Urruthia (haut fonctionnaire aux Affaires étrangère du Panama)», peut-on lire dans une prise de positions des deux hommes. Dans cette lettre, le gouvernement aurait souligné qu’il décidait seul quelles recommandations il rendrait publiques et quand il le ferait.

Les deux hommes ont immédiatement rétorqué qu’il s’agissait là de censure. Dans leur prise de position, ils expliquent qu’ils ont constamment réclamé davantage de transparence, qu’ils jugent essentielle. Les standards financiers internationaux vont aussi dans cette direction. Selon Joseph Stiglitz et Mark Pieth, il est inimaginable qu’un groupe, mis en place pour créer davantage de transparence, ne soit pas lui-même transparent.

«Pour nous, il était toujours clair que le résultat de notre travail devait être rendu public. Mais à la fin juillet, nous avons reçu une lettre assez grossière nous expliquant que seul le président panaméen pouvait décider de qu’il en serait», raconte Mark Pieth.

Selon le Bâlois, le groupe s’est par exemple penché sur la raison même pour laquelle le Panama devait continuer ou non à avoir une industrie offshore, ou sur la nécessité, pour le Panama, de rendre public les noms des bénéficiaires économiques des sociétés boîtes aux lettres, en application des standards internationaux. «Je suppose que ce genre de propositions ont recueilli peu de sympathie de la part du gouvernement et de la place financière à Panama. Ce dernier voulait que nous publions uniquement ce qui aiderait le pays.» Inacceptable pour les deux hommes. (TDG)

Créé: 05.08.2016, 20h20

Articles en relation

Qui se trouve dans les Panama Papers?

Visualisation Une application interactive expose en détail l’utilisation de sociétés offshore par des responsables politiques, leurs proches ou leurs associés. Plus...

Une enquête journalistique internationale

Panama Papers Là où politiciens, criminels et hommes d'affaires véreux cachent leur argent. Plus...

Comment des avocats genevois exploitent les failles de l'offshore

Panama Papers Clients placés sous sanctions internationales et proches de chefs d’Etat, création de nombreuses sociétés ou retraits en espèces: des hommes de loi suisses ne s’effraient de rien lorsqu’ils se muent en «intermédiaires financiers». Plus...

Le bâtonnier des avocats genevois sort du silence

«Panama Papers» Me Grégoire Mangeat défend les 2000 avocats genevois. Il estime que cette affaire signe la fin de l’époque de l’argent facile. Plus...

Le lanceur d’alerte des Panama Papers s’adresse au public

Evasion fiscale Dans un manifeste, «John Doe» explique pourquoi il a livré les données des Panama Papers à des journalistes du monde entier. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Matin et 20 Minutes regroupés
Plus...