Passer au contenu principal

La Grèce dévastée par la fuite de ses cerveaux

La nation hellène voit les forces intellectuelles formées dans ses universités s’exiler massivement, en quête d’un meilleur avenir. Beaucoup partent en Suisse

«Philotimo». Ce terme grec serait impossible à traduire dans une autre langue. Il incarnerait un mélange entre loyauté, fierté, amour, une concentration de valeurs positives. «Il lie les Grecs de la diaspora avec leur pays d’origine. Il explique l’ethos grec, le devoir que chaque Grec ressent vis-à-vis de son pays. Toute ma vie, j’ai vécu pour ce mot», confie George Koukis, un homme d’affaires vivant à Genève et qui a fondé Temenos, la principale entreprise de logiciels bancaires du monde.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.