Passer au contenu principal

DevisesL’euro poursuit sa chute face au dollar

La paralysie politique en Grèce inquiète toujours les investisseurs. Résultat: l'euro se trouve encore en chute libre mercredi face au dollar.

Les tensions politiques en Europe pèsent sur la monnaie européenne.
Les tensions politiques en Europe pèsent sur la monnaie européenne.
AFP

L’euro poursuivait sa chute face au dollar mercredi, les investisseurs marquant leur inquiétude croissante face à la situation en Grèce où les opposants à l’austérité ont remporté les législatives.

Vers 8 heures, l’euro valait 1,2976 dollar contre 1,3005 dollar mardi vers 22 heures.

L’euro reculait face à la devise nippone à 103,49 yens contre 103,84 yens mardi soir. Le dollar baissait face au yen à 79,75 yens contre 79,84 yens mardi.

Les investisseurs faisaient preuve d’une grande nervosité provoquée par la situation politique en Grèce, trois jours après la tenue d’élections législatives qui ont vu les électeurs sanctionner lourdement les deux partis gouvernementaux sortants, qui avaient accepté d’imposer au pays une austérité considérable réclamée par les marchés.

La Grèce semblait mercredi être dans l’impossibilité de former un gouvernement, faisant craindre le pire aux investisseurs pour l’avenir du pays et de la zone euro.

Ces incertitudes politiques, ainsi que la victoire à l’élection présidentielle française de François Hollande dont les divergences avec la chancelière allemande Angela Merkel sur la manière de régler la crise de la dette européenne sont notoires, vont continuer à peser sur la monnaie européenne, selon Sumino Kamei, analyste de la Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ.La situation politique "n’est pas claire", a-t-il estimé.

Le scénario catastrophe d’une sortie de la Grèce de l’euro risquerait d’alimenter une fuite des capitaux hors des autres pays dits de la périphérie, ce qui pousserait la BCE (Banque centrale européenne) à les aider et à assouplir encore plus vite sa politique monétaire, au grand dam des investisseurs.

En outre, même si la Grèce ne quitte pas la zone euro, des pays bénéficiant d’une situation budgétaire plus saine pourraient décider de le faire, a estimé dans une note l’analyste du Crédit Suisse Hiromichi Shirakawa.

"Nous devons surveiller la possibilité que quatre pays choisissent d’abandonner la monnaie unique - les Pays -Bas, la Finlande, le Luxembourg et l’Allemagne- tout spécialement la Finlande", a-t-il estimé.

"Si un pays en bonne santé l’abandonne, l’euro plongera. Nous devons tenir compte de ce risque", a-t-il ajouté dans cette note.

Vers 7 heures, la livre britannique montait face à l’euro à 80,38 pence pour un euro, et baissait face au billet vert à 1,6144 dollar.

La devise helvétique restait stable face à l’euro, à 1,2011 franc suisse pour un euro, et reculait face au billet vert à 0,9257 franc suisse pour un dollar.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.