Les banquiers suisses font peau neuve pour l’avenir

Place financièreL’Association suisse des banquiers veut se donner les moyens d’être plus innovante.

Patrick Odier: «L’ASB lutte toujours pour avoir de meilleures conditions-cadres, une régulation aussi légère que possible et un accès au marché international, surtout européen.»

Patrick Odier: «L’ASB lutte toujours pour avoir de meilleures conditions-cadres, une régulation aussi légère que possible et un accès au marché international, surtout européen.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas de panique. L’Association suisse des banquiers (ASB) a certes «mandaté le consultant McKinsey pour qu’il analyse nos structures et nous dise si elles sont adaptées, en nous permettant de passer à une nouvelle étape où nous devons être davantage réactifs et innovants», a expliqué ce jeudi aux médias son président, Patrick Odier.

Pourtant, «cela ne signifie pas du tout que notre stratégie a été modifiée», a-t-il poursuivi, avant que le rideau ne se lève sur la traditionnelle Journée des banquiers, le rendez-vous annuel de la branche avec le monde politique et industriel. «L’ASB lutte toujours pour avoir de meilleures conditions-cadres, une régulation aussi légère que possible et un accès au marché international, surtout européen», a encore dit le Genevois.

En fait, a expliqué le président, «sur les six dernières années, soit depuis l’éclatement de la crise financière, nous nous sommes principalement occupés du changement de paradigme vers une place financière suisse propre, qui n’accepte plus d’argent de l’évasion fiscale. Il est temps, maintenant que cet objectif est pratiquement atteint, de nous demander dans quels autres domaines nous devons soutenir les banques.»

Sur ce point, Patrick Odier a salué la constitution du groupe de travail Brunetti, «véritablement constitué de spécialistes proches du terrain, à même de définir une stratégie pour la place financière suisse».

Par contre, gros bémol, l’ASB estime que la compétitivité de la place financière est menacée par la tendance de la Suisse à vouloir maintenant être le premier de classe mondial dans la régulation.

Afin d’inverser la vapeur, l’ASB demande «qu’une autorité indépendante, à l’image de Monsieur Prix, soit mise en place en Suisse pour contrôler la réglementation des marchés financiers et examiner d’un œil critique tous les aspects du processus de réglementation».

Comme si cela ne suffisait pas, les banquiers souhaitent de plus que «les banques soient consultées à toutes les étapes des projets (de loi) préliminaires». Les autorités suisses sont aussi invitées «à suivre dorénavant un processus réglementaire systématique, global et rigoureux».

Mais il ne faut pas interpréter ces demandes de l’ASB comme une volonté «de chercher à contourner les discussions avec les autorités», a réfuté son président. Ces dernières doivent «se montrer agiles par rapport aux changements très rapides qui touchent la branche et il ne faut pas que les nouvelles réglementations cassent la dynamique des affaires».

Ce d’autant moins que la Suisse vient de perdre une certaine compétitivité par rapport à d’autres places, comme New York ou Dubaï, qui, elles, n’ont pas introduit l’échange automatique d’informations, a soutenu encore l’ASB.

Créé: 17.09.2015, 22h05

Articles en relation

Le Conseil national enterre le secret bancaire

Finances Un mythe prend fin pour les clients étrangers des banques suisses. Berne profitera aussi des données reçues de l’extérieur. Plus...

Les banques appellent le Conseil fédéral à l'aide

Conflit fiscal allemand Des procureurs et des avocats allemands les menacent de poursuites et d'amendes outre-Rhin. Les instituts veulent que Berne s'implique et les soutienne en protestant à Berlin. Plus...

Le statut de banquier privé «s'étiole», c'est un «vrai danger»

Interview Michel Dérobert, directeur de l'association de banques privées suisses, craint que la fin du secret bancaire ne soit pas la fin des problèmes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hodgers veut 30% de surface arborisée à Genève
Plus...