Passer au contenu principal

Des banques surtaxent les frontaliers et Suisses de France voisine

Les réglementations bancaires, toujours plus nombreuses, coûtent cher. Des établissements répercutent ces frais sur certains clients, d’autres pas.

Laurence Coudière porte-parole du Groupement transfrontalier européen (GTE).
Laurence Coudière porte-parole du Groupement transfrontalier européen (GTE).
pascal frautschi

Les frontaliers, et leur argent, sont toujours plus sous pression. «De nombreuses banques suisses ont introduit des nouvelles taxes spécialement destinées aux clients domiciliés à l’étranger», selon Laurence Coudière, porte-parole du Groupement transfrontalier européen. Le GTE a reçu de ses membres ces dernières années «des dizaines de lettres de réclamation» en ce sens. Un nouveau type de missive est venu s’ajouter aux autres en 2013, il exige des frontaliers qu’ils prouvent qu’ils ont bien déclaré leur compte suisse auprès de l’administration fiscale française.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.