Passer au contenu principal

Une banque genevoise crée sa propre monnaie cryptée

Domiciliée à Genève, Dukascopy Bank offre 5 Dukascoins à chaque nouveau client ouvrant un compte courant.

Andre Duka, président de Dukascopy Bank, tient un jeton de la monnaie virtuelle émise par la banque.
Andre Duka, président de Dukascopy Bank, tient un jeton de la monnaie virtuelle émise par la banque.
DR

Petite banque genevoise fondée en 2004, Dukascopy Bank innove. Connu pour ses activités dans le courtage de devises, l’établissement a en effet lancé le 28 février sa propre cryptomonnaie: le Dukascoin (DUK +). Celui-ci s’échangeait contre un peu plus de 1 fr. 10 vendredi matin, après avoir dépassé 1 fr. 85 la semaine dernière. Dukascopy Bank ne recourt pas à l’émission de monnaie virtuelle pour lever des fonds, mais pour gratifier ses nouveaux clients. Ceux-ci reçoivent en effet cinq jetons (tokens) DUK + à l’ouverture d’un compte courant en e-banking.

La banque, domiciliée près de Genève Aéroport, n’a donc pas procédé, à proprement parler, à un ICO (initial coin offering), mais plutôt à un airdrop, c’est-à-dire une distribution gratuite de cryptomonnaie, opération publicitaire de plus en plus courante auprès de la clientèle des millennials (personnes nées entre 1980 et 2000). «Nos tokens doivent servir d’atout commercial, visant notamment à attirer des clients relativement jeunes, appartenant aux classes moyennes», précise le président de la direction de Dukascopy Bank, Andre Duka. Entretien.

Même sans avoir voulu procéder à une levée de fonds, quel a été le résultat de votre airdrop du 28 février?

Nous cherchons avant tout à disséminer notre nouvelle monnaie. Avec les cinq tokens promis à chaque ouverture de compte, nous attirons en moyenne chaque jour, samedi et dimanche compris, 650 nouveaux clients. Notre objectif est d’en accueillir un million. Nos statistiques montrent que tous les trois mois nous doublons le nombre de comptes ouverts chaque jour. Ce système permettra à Dukascopy Bank de répandre sa monnaie virtuelle sans accroître ses charges. Notre établissement se profile ainsi comme une des premières banques dans le monde à émettre sa propre monnaie virtuelle. Nous étions déjà imités le 1er mars par Mizuho Bank, l’une des trois plus grandes banques du Japon.

Le nombre de tokens dont on prévoit l’émission influence de façon importante le cours de toute cryptomonnaie. Quel nombre maximum de Dukascoins avez-vous prévu d’émettre?

Notre banque a créé 20 milliards de Dukascoins. Chaque nouveau client en reçoit cinq, cinq autres sont remis à l’intermédiaire (s’il en existe un) qui a introduit le client chez nous et dix autres inscrits dans les comptes de Dukascopy Bank à chaque ouverture de compte. Les tokens que notre établissement collecte ainsi en son nom seront utilisés, par exemple, à des fins de marketing ou pour soutenir la liquidité du marché.

Mais quel est l’objectif majeur de cette monnaie cryptée?

Dans un premier temps, cette opération stimule évidemment l’ouverture de comptes. Nos clients contribuent ainsi à l’expansion de notre banque et nous les récompensons. Au premier abord, on pourrait se demander si une récompense en cryptomonnaie peut remplacer une récompense en véritable argent. L’an dernier, nous avions commencé par une récompense de 5 euros et nous constatons que les trois quarts des clients préfèrent aujourd’hui une récompense de 5 Dukascoins, plutôt que de 5 euros. L’opération en cours permettra donc de financer une extension à large échelle de Dukascopy Bank. Nous aimerions atteindre une clientèle d’un million de personnes d’ici à deux ans. Leurs dépôts devraient s’élever à environ 1000 francs chacun en moyenne. Pour satisfaire la demande de cette clientèle modeste, nous appliquons des frais le plus bas possible, voire nuls, associés à un haut degré d’automatisation de tous nos services.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.