Sur l’arc lémanique, plus d’étrangers que de Suisses pointent au chômage

ConjonctureA l’échelle nationale, c’est pourtant le contraire, selon les chiffres publiés vendredi par Berne. Explications.

A Genève, le chômage dans l'horlogerie et la banque a augmenté en novembre.

A Genève, le chômage dans l'horlogerie et la banque a augmenté en novembre. Image: Azzurro Matto/E. Gastaldello

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les chiffres du chômage du mois de novembre sont tombés ce vendredi. Le taux de demandeurs d'emplois demeure à 3,3% de la population active en Suisse, selon le Secrétariat d'Etat à l'Economie (SECO).

La Romandie reste la région de Suisse la plus touchée. Neuchâtel détient toujours la palme du coefficient le plus élevé du pays, à 5,9%. Le Valais a connu la plus forte hausse (+0,5 point, à 3,8%) pour des raisons saisonnières. Genève, deuxième canton le plus affecté par le chômage, a vu son taux reculer (de 0,1 point à 5,4%) malgré une hausse dans l’horlogerie et la banque. En Suisse, le chômage partiel ne décolle pas.

Retrouvez ici nos infographies sur le chômage ici

Les chiffres du SECO ont confirmé une spécificité de l’arc lémanique: on y trouve plus d’étrangers au chômage que de Suisses (à l’échelon national 53,3% des chômeurs sont Suisses). Jusqu’en 2010, les proportions à Genève et sur sol vaudois étaient similaires à celle du pays. La tendance s’est inversée il y a cinq ans: au bout du Léman, autant d’étrangers que de Suisses pointent au chômage depuis 2010 (6359 étrangers et 6371 Helvètes fin novembre). Sur sol vaudois, le nombre d’étrangers au chômage surpasse celui des Suisses depuis 2011 (9352 étrangers; 9115 Suisses le mois dernier).

L’explication serait surtout démographique. Respectivement 40,6% et 33,5% de la population résidente permanente genevoise et vaudoise était étrangère à la fin 2015, selon l’Office fédéral de la statistique, or la moyenne helvétique n’excédait pas les 24,6% en même temps. A Genève, les chiffres sont en outre biaisés dans le sens où les frontaliers, qui occupent une grosse partie des emplois, doivent s’inscrire au chômage en France, et non en Suisse, s’ils ont perdu leur travail.

Chômage en hausse dans l'horlogerie et la banque

Le nombre d'étrangers a augmenté dans les deux cantons ces dernières années, leur part dans la population active également, tout comme le risque pour eux de se retrouver au chômage, selon le SECO. «Les secteurs qui souffrent le plus - la banque, l’horlogerie - emploient une plus faible proportion d’étrangers et ceux qui se portent mieux - l’informatique, le bâtiment - recourent largement aux étrangers», estime de son côté la directrice du département de politique générale de la FER Genève, Stéphanie Ruegsegger.

Proportionnellement, les étrangers de Suisse sont plus inscrits au chômage (6% d'entre eux, contre 2,4% des Suisses) car ils sont moins nombreux que les Suisses sur territoire helvétique. (TDG)

Créé: 09.12.2016, 17h24

Articles en relation

Richemont refuse la voie du chômage partiel

Industrie horlogère Le groupe horloger maintient son plan de restructuration et n’entrevoit pas de retournement du marché Plus...

Notenstein La Roche biffe un emploi sur cinq

Restructuration A Genève, le restaurant Le Nonolet sera touché. La banque emploie 40 personnes répartis entre Genève et Lausanne Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...