Le poids de la dette du Canton reste «très élevé»

FinanceLa dette baisse, les revenus également. Ce qui conduit l’agence américaine S&P à donner une notation stable à l’Etat de Genève.

L’agence américaine Standard & Poor's considère la situation de liquidité du canton du bout du lac comme «adéquate».

L’agence américaine Standard & Poor's considère la situation de liquidité du canton du bout du lac comme «adéquate». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

AA-. Telle est la note que l’agence de notation Standard & Poor’s (S&P), mandatée par le Canton, lui attribue depuis de nombreuses années et qui vient d’être confirmée ce lundi. Cette note est la 4e sur l’échelle du groupe américain qui en comporte 23. Elle est inscrite dans un segment qualifié par l’agence de «haute qualité».

Elle reflète «le cadre institutionnel extrêmement prévisible et favorable des cantons suisses, ainsi que la gouvernance et la gestion financière fortes du canton, son économie très forte», indique S&P dans un communiqué. L’agence considère la situation de liquidité du canton du bout du lac comme «adéquate, le niveau modéré du ratio de couverture du service de la dette étant compensé par un accès important à la liquidité externe». La maison estime toutefois que le poids de la dette est «très élevé». Cette dernière est passée de 13,38 milliards de francs en 2014 à 12,46 milliards l’an dernier.

«Le Canton continue de faire preuve d’une gestion prudente de la dette et de la trésorerie tout en exerçant un contrôle étroit sur ses entités satellites», précise l’agence, qui anticipe néanmoins des performances budgétaires faibles dès 2020. L’entrée en vigueur de la réforme de la fiscalité des entreprises doit en effet diminuer l’épargne brute du Canton du fait de recettes fiscales moins dynamiques, estime-t-elle. Dans un communiqué, l’Etat accuse réception, sans commenter.

Pourquoi est-il important d’être noté? Le verdict émis par une agence de notation a une grosse influence sur le taux d’emprunt de l’entreprise ou de la collectivité publique en question. Un créancier, pour évaluer la crédibilité d’un débiteur, tend en effet à consulter en premier lieu ces agences qui existent pour jauger la solvabilité des entreprises ou des Etats.

Si la confiance des marchés envers les débiteurs s’érode, les taux d’intérêt croissent. La Grèce, dont la note a chuté cette dernière décennie, est contrainte d’emprunter à un taux élevé, ce qui alourdit d’autant plus ses charges. La Suisse, très bien considérée des principales agences (S&P, Moody’s et Fitch Ratings), bénéficie quant à elle de taux beaucoup plus favorables.

En 2004, la note de Genève a diminué (de A + à A). La croissance des dépenses publiques, la progression de la dette et des déficits de fonctionnement caractérisaient alors trop la cité, selon S&P. En 2008, elle remonte à A + en raison d’une baisse de la dette et d’un contrôle plus rigoureux des dépenses. Elle s’est stabilisée (à AA-) depuis 2010 pour ces mêmes raisons. Le Canton de Vaud, lui, a la meilleure note possible, un AAA. (TDG)

Créé: 06.11.2017, 16h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse-UE: Toujours pas d'accord-cadre
Plus...