La pauvreté frappe durement les cantons de Genève et de Vaud

ConjonctureLa pauvreté touche directement 7% des habitants de la Suisse. Et l’arc lémanique s’avère sévèrement concerné.

«La formation se révèle essentielle pour acquérir un travail de nature à contrecarrer le risque de précarité», estime Mauro Poggia, chef du Département genevois de l’emploi, des affaires sociales et de la santé.

«La formation se révèle essentielle pour acquérir un travail de nature à contrecarrer le risque de précarité», estime Mauro Poggia, chef du Département genevois de l’emploi, des affaires sociales et de la santé. Image: Olivier Vogelsang

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La pauvreté touche directement 7% des habitants de la Suisse. «L’Office fédéral de la statistique est arrivé à ces résultats au terme de son enquête sur les revenus et les conditions de vie de 2015. Celle-ci a été effectuée en se référant aux critères standardisés par Eurostat afin de permettre des comparaisons entre différents pays», précise Matti Langel, statisticien de l’Etat de Genève. Et l’arc lémanique s’avère sévèrement concerné.

Le taux de pauvreté, mesuré entre 2011 et 2014, atteint 4,8% (37’000 personnes) dans le canton de Vaud et 5,4% (27’000 personnes) dans celui de Genève. Ces observations se limitent toutefois à la pointe d’un iceberg inquiétant.

Grand écart

Le risque de sombrer dans l’indigence touche ainsi 14,1% des habitants dans le premier canton et 18,7% dans le deuxième. Directeur de Caritas Vaud, Pierre-Alain Praz constate en outre une aggravation du fossé matériel séparant les plus démunis et les mieux lotis dans la patrie de Charles Ferdinand Ramuz: «Les ménages modestes y consacrent jusqu’à 43% de leurs revenus au logement. Les foyers les plus aisés s’en sortent avec 15%.»

Mauro Poggia, chef du Département genevois de l’emploi, des affaires sociales et de la santé, livre lui-même son chiffre du bout du Léman qui fait froid dans le dos: près d’un cinquième des bénéficiaires d’aides sociales, domiciliés à Genève, sont des actifs disposant d’un emploi.

Pierre-Yves Maillard, chef du Département vaudois de la santé et de l’action sociale, fournit à son tour une donnée tout aussi sombre: «Entre 2008 et 2015, 180 personnes en moyenne arrivaient chaque mois au terme de leurs droits à des indemnités de chômage dans notre canton. Aujourd’hui, c’est plus de 400! Il s’agit certes d’un phénomène national, mais il est plus marqué chez nous.»

Dans ce contexte, le magistrat socialiste évoque des tendances trouvant en partie leur origine dans les relations de la Suisse avec l’Union européenne: «Il y a un durcissement sur le marché du travail. Celui-ci devient plus compétitif avec un bassin de recrutement plus large depuis les accords de libre circulation (avec les Etats membres de l’Union européenne, ndlr).»

Mauro Poggia insiste pour sa part sur l’urgence du moment: «Il y a une forte concurrence sur le marché du travail. Les personnes les moins formées n’y accèdent plus. Cela aggrave tous les indicateurs conduisant à la pauvreté. La formation se révèle essentielle pour acquérir un travail de nature à contrecarrer le risque de précarité.»

Salaire minimum

Le conseiller d’Etat neuchâtelois Jean-Nathanaël Karakash croit quant à lui aux vertus du salaire minimum, approuvé par ses concitoyens en novembre 2011: «Il est fixé à 20 francs de l’heure pour une semaine de quarante-deux heures. Soit un salaire mensuel de 3640 francs, versé douze fois par an. Ce système améliorera la situation de quelque 2700 personnes. En particulier des femmes et des travailleurs à temps partiel.» (TDG)

Créé: 17.10.2017, 18h59

Articles en relation

Apothéloz: «Genève doit lutter contre la pauvreté»

Social Le candidat PS au Conseil d’Etat Thierry Apothéloz publie un manifeste social. Plus...

La pauvreté touche 7% de la population en Suisse

Confédération Le taux de pauvreté des seniors de plus de 65 ans et des femmes seules avec enfants est notamment supérieur à la moyenne. Plus...

La Genève qui souffre montre un peu de son visage

Précarité Alors qu’il faudra 100 millions de plus en 2017 pour couvrir le coût des aides sociales, un rapport fait le point sur la pauvreté à Genève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tunisie: un projet de loi veut que les femmes héritent autant que les hommes
Plus...