Aproz met son eau en bouteilles depuis 70 ans

SuisseLancé par deux frères en 1947, le groupe est aujourd'hui le plus grand embouteilleur suisse d'eau minérale et de sirops.

Le fabricant produit, chaque année, environ 180 millions de litres de boissons, dont deux tiers d'eau minérale. (Lundi 1 mai 2017)

Le fabricant produit, chaque année, environ 180 millions de litres de boissons, dont deux tiers d'eau minérale. (Lundi 1 mai 2017) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De la montagne jusque dans notre verre. L'eau minérale d'Aproz existe depuis des millénaires, mais l'idée de la mettre en bouteilles date d'il y a tout juste 70 ans.

Rachat par Migros

Le 11 août 1947, deux Haut-Valaisans font un pari un peu fou: embouteiller de l'eau minérale qui puise sa source à proximité du village d'Aproz (VS). Otto Bumann et Otto Matter fondent alors la Société d'extension de boissons alimentaires (SEBA).

Un simple baraquement en bois fait office d'usine et la fabrique n'emploie qu'un seul salarié. Environ 8000 litres d'eau sont produits annuellement.

En 1953, la petite entreprise est rachetée par le groupement de cafetiers genevois, Kreiger et consorts. Mais elle va vite changer de mains.

«Migros s'est intéressée très tôt à nos produits et était un grand client», explique à l'ats Michel Charbonnet, directeur d'Aproz Sources Minérales. Le responsable de Migros Genève d'alors, Alfred Gehrig, et l'ingénieur agronome employé du géant orange, Pierre Arnold, ont proposé à Gottlieb Duttweiler d'acquérir la firme valaisanne. Chose faite en 1958 avec le rachat de la majorité de ses actions.

La même année, le siège de la société quitte Genève pour Aproz et l'entreprise prend le nom de Seba Aproz. En 2008, le groupe devient Aproz Sources Minérales, nom toujours en vigueur actuellement.

Pionnière du rail

Le début des années 60 signe la fin de la production artisanale. Quelque 12 millions de bouteilles sortent de l'usine en 1960 contre environ 3 millions en 1956. La fabrique compte alors 80 employés.

Pour faire face à la demande accrue, l'entreprise construit un nouveau bâtiment, une gare ferroviaire et un pont sur le Rhône pour acheminer la marchandise vers les centres de distribution de Migros. Ces installations sont inaugurées en 1961.

Longue d'environ trois kilomètres, une ligne de chemin de fer, qui relie la manufacture au réseau CFF au niveau de la gare d'Ardon/Vétroz près de Sion, voit également le jour. La firme est l'une des premières sur sol helvétique à utiliser le rail pour acheminer sa production.

Quant au pont, il est le premier de Suisse à être utilisé à la fois pour le rail et la route. Sa construction a demandé 1,5 million de francs d'investissement. Auparavant, l'eau minérale était acheminée dans le chef-lieu valaisan par camions sur des routes en assez mauvais état.

Adieu au verre

Les années nonante sont synonymes de diversification et de changements pour le groupe. En 1990, l'entreprise reprend la production de sirops pour Migros. En 1991, Aproz introduit le PET dans ses bouteilles. Six ans plus tard, la firme cesse la production de bouteilles en verre.

En 2000 et 2001, elle obtient les licences d'embouteillage pour 7UP, Pepsi et Orangina. Onze ans plus tard, elle se lance dans la mise en bouteilles de jus de pomme. En 2015, le groupe a généré un bénéfice de 7,6 millions de francs. Aujourd'hui, il est le plus grand embouteilleur suisse d'eau minérale et de sirops. Il élabore plus de 200 produits différents et emploie 135 collaborateurs.

Une trentaine de wagons quittent quotidiennement le village d'Aproz à destination des 10 coopératives Migros réparties sur le territoire suisse et du centre de distribution du géant orange de Suhr (AG).

Le fabricant produit, chaque année, environ 180 millions de litres de boissons, dont deux tiers d'eau minérale. «Le reste se partage entre les boissons rafraîchissantes et les sirops», précise Michel Charbonnet.

En 2016, les Suisses ont consommé 964,1 millions de litres d'eau minérale, selon les chiffres de l'Association suisse des sources d'eaux minérales et des producteurs de soft drinks (SMS). Chaque Helvète a ainsi bu environ 114 litres de cette boisson. (ats/nxp)

Créé: 01.05.2017, 11h25

Articles en relation

Le tourisme suisse a perdu en compétitivité

Economie La Suisse a perdu de sa capacité à attirer les touristes. Les ressources naturelles ne sont pas assez valorisées. Plus...

Les PME devraient avoir plus facilement un crédit

Economie Le Conseil fédéral a mis en consultation une réforme visant à doubler le plafond de cautionnement à 1 million de francs. Plus...

Les patrons suisses parmi les mieux payés au monde

Economie Les directeurs généraux des cinq principales capitalisations figurent dans le top 20 des rémunérations au niveau international. Mais loin derrière les Américains. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.