L’anti-Tesla voit le jour en Suisse

Mobilité Le fabricant de trottinettes Micro va commercialiser un véhicule électrique à mi-chemin entre scooter et voiture, à 13 000 francs.

Un design vintage pour un modèle qui cible des besoins très actuels et des usages plutôt urbains.

Un design vintage pour un modèle qui cible des besoins très actuels et des usages plutôt urbains. Image: MICROLINO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Garé sur un trottoir de Küsnacht (ZH), un drôle de véhicule attire le regard. «Je peux la mettre dans mon coffre?» plaisante un passant. Directeur opérationnel de la société Microlino, Oliver Ouboter sourit, habitué à l’effet que produit le prototype de cette voiture électrique aux mensurations menues, au design rétro et de conception suisse. L’engin ne suscite pas seulement de l’intérêt sur les rives du lac de Zurich, où il est né. «Plus de 5000 personnes ont déjà passé commande!» s’enthousiasme Oliver Ouboter. Il leur faudra encore patienter un peu. La Microlino passe en ce moment des tests d’homologation. Le coup d’envoi de la production en série est prévu pour ce printemps; près de 500 unités vont être livrées avant la fin de l’année. Le prix oscillera aux alentours des 13 000 francs.

Créée en 2016, l’entreprise Microlino appartient à Wim Ouboter, père d’Oliver et fondateur du fabricant suisse Micro, connu dans le monde entier pour ses trottinettes. Grâce à sa nouvelle trouvaille, la famille Ouboter est persuadée de tenir entre les mains un nouveau «hit». «La Microlino n’est pas une automobile, elle se situe entre le scooter et la voiture. Elle comble le vide entre les deux, comme les tablettes ont comblé celui entre ordinateur portable et téléphone mobile», avance Oliver Ouboter. Âgé de 23 ans, le Zurichois a hérité de la fibre entrepreneuriale de son père. Convaincu par le potentiel de la Microlino, il a décidé d’arrêter ses études pour se consacrer entièrement au développement de l’engin. Son frère cadet, 21 ans, songe à faire de même. «Notre père nous a fait confiance pour lancer ce projet. La condition est que ce soit nous qui le pilotions. Lui n’a pas le temps.»

On recharge à la maison

À l’origine, la Microlino était destinée à servir d’outil promotionnel pour les trottinettes Micro. Mais des réactions enthousiastes suscitées par le tout premier prototype au Salon de l’auto de Genève, en 2016, ont convaincu la famille Ouboter de voir plus grand. Cette année-là, Microlino a noué un partenariat avec le fabricant italien Tazzari. «Ils ont plus d’expérience qu’Elon Musk dans la production de voitures électriques», aiment à vanter les Ouboter, jamais à court de slogans. Mais la comparaison s’arrête là. Si Tesla jouit d’une image de grandeur luxueuse, Microlino ne cherche pas à impressionner. Avec une vitesse de pointe à 90 km/h et une autonomie de 120 kilomètres ou de 215 kilomètres, selon la batterie, le véhicule électrique à deux places est conçu pour rouler en ville. «Les pendulaires parcourent en moyenne 30 kilomètres par jour. Il n’y a pas besoin d’une grande voiture pour cela», commente Oliver Ouboter. Les batteries peuvent être rechargées à la maison dans une prise standard. Les mensurations – 2,4 mètres de long et 1,5 m de large – réjouiront ceux qu’effraie le parking latéral. La voiture est si petite qu’elle peut être garée perpendiculairement au trottoir. C’est légal tant qu’on ne dépasse pas les lignes blanches, assure Microlino. Oliver Ouboter ajoute un argument écologique: «Comme elle est très légère (ndlr: 450 kg), on économise 60% d’énergie lors de la production par rapport à une voiture électrique traditionnelle.»

Moderne dans sa réalisation, l’engin semble tout droit sorti du passé. Son design est inspiré de l’Isetta, qui a connu son heure de gloire dans les années 1950. Comme pour cette dernière, c’est par une porte située à l’avant que l’on entre dans le véhicule. À l’intérieur, le tableau de bord est épuré. «Nous avons évité les gadgets. La voiture elle-même en est déjà un.» Dans le coffre, on peut mettre 3 ou 4 packs de bière. Une trottinette Micro sera stockée dans tous les modèles. Sur le marché des voitures électriques, seule la Renault Twizy se rapproche du véhicule suisse.

Rester petite

Près de 3500 unités devraient sortir de l’usine de Tazzari d’ici à 2019. Les bénéfices seront partagés par deux entre Microlino et la firme italienne. Tout comme l’ont été les investissements. Oliver Ouboter garde le secret sur leur ampleur mais relate qu’il n’y a aucun investisseur tiers hormis son père, son frère et lui-même. Microlino, qui compte une vingtaine d’employés dont sept à Küsnacht, rêve de voir ses voitures coloniser les routes du monde entier. Mais ce n’est pas son ambition de grandir démesurément. Comme sa voiture, elle veut rester «petite» pour assurer flexibilité et efficacité. Pour son expansion internationale, l’entreprise mise sur un système de licence. (TDG)

Créé: 04.03.2018, 17h12

Articles en relation

Tesla joue son destin avec l’arrivée de sa «Model 3»

Batteries La mise en production de son modèle grand public interrompt une semaine boursière éprouvante pour le constructeur automobile californien. Quid des ventes en Suisse? Plus...

La folle mise en scène d’Elon Musk

Chronique «Coup de com» Le fondateur de SpaceX et de Tesla use à merveille du Web pour donner une aura supplémentaire à ses exploits technologiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Suisse, nid d'espions
Plus...