Avant son annonce de jeudi, la BNS a déjà tout le monde contre elle

Taux d’intérêt négatifsLes membres de l’Association suisse des banquiers cherchent à se mettre d’accord sur d’éventuelles mesures visant la Banque nationale.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les banques suisses en ont marre des taux d’intérêts négatifs de la Banque nationale suisse (BNS). Tel fût, en substance, le message du président de l’Association suisse des banquiers (ASB), Herbert Scheidt, lors de la Journée des banquiers, le 12 septembre à Zurich. Le président de la direction de cette même organisation, Jörg Gasser, a lui-même évoqué des réflexions internes au sujet d’éventuelles mesures vis-à-vis de la BNS. Les caisses de pension ne fulminent pas moins. Le boss de la BNS, Thomas Jordan, est ainsi averti avant de tenter peut-être, ce jeudi, un ajustement du taux directeur. De moins 0,75% actuellement à moins 1%, selon les prévisions d’UBS et Raiffeisen publiées le mois dernier.

Le climat s’avère donc peu hospitalier sur la place financière helvétique. Les coûts tendent il est vrai à irriter. Selon les calculs d’un as hambourgeois de la fintech, Deposit Solutions, le taux directeur négatif, de moins 0,75%, aurait déjà rapporté 6,3 milliards de francs à a BNS au cours des quatre premières années. Et ce devrait être environ 2,2 milliards de plus cette année. Le rendement tendrait donc à s’améliorer. Et il en coûterait aux banques du pays en moyenne 5% de leurs revenus d’intérêts. Du coup, le président de la direction de l’ASB aurait prévenu, selon la «Luzerner Zeitung», qu’en cas de durcissement du taux d’intérêt négatif, les petits épargnants pourraient être priés de passer à la caisse.

Le représentant romand de l’Association suisse des institutions de prévoyance, Yves-Marie Hostettler, aborde les choses différemment. Il défend une obligation de remboursement : «En procédant à une redistribution des excédents générés par les intérêts négatifs, il s’agirait avant tout de corriger une mesure pénalisant chaque assuré et chaque pensionné de la prévoyance professionnelle. Ils ne sont absolument pas responsables de la force du franc.»

Taux négatifs jusqu'en 2022

Certes. Mais cette vérité ne saurait simplifier le combat de la BNS contre le franc fort. « La situation de l’institut d’émission s’est sans aucun doute encore détériorée ces dernières semaines, estime Christoph Sax, économiste en chef de la Banque Migros. Une baisse des taux directeurs par la Banque centrale européenne réduit en effet l’écart de taux par rapport à la Suisse. Et cela peut continuer à faire grimper le franc.»

Nombre d’experts croient néanmoins à l’annonce jeudi d’un taux directeur de la BNS maintenu à moins 0,75%. La Banque centrale continuera donc de s’illustrer dans ses savantes interventions sur le marché des changes ces prochains mois, plutôt que d’aggraver son taux directeur.. Ce mercredi après-midi, l’euro affiche en plus une forme relativement bonne. Il se paie un peu plus de 1,10 franc. Le moment présent encourage donc à penser que l’urgence n’est de loin pas comparable à celle de janvier 2015. Actuellement la pression haussière sur le franc reste plus modérée. Jusqu’à quand ? Une chose est sûre : les spécialistes d’UBS nous gratifiaient en juillet d’une perspective de taux d’intérêts négatifs jusqu’en 2022.

Créé: 18.09.2019, 16h51

Articles en relation

La Banque nationale osera-t-elle ignorer la colère générale?

Épargne taxée La Banque nationale suisse impose un taux d’intérêt négatif depuis plus de quatre ans. Résistera-t-elle à l’ire des caisses de pension et des banques ? Réponse ce jeudi. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...