Une année compliquée pour les marchés financiers

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chaque mois qui passe nous confirme que l’année 2018 n’est pas comparable à 2017 pour les actifs financiers. Si la majorité de ces derniers affiche des performances proches de zéro depuis le début de l’année, les à-coups n’ont pas manqué au cours du premier semestre, ce qui confirme que nous sommes définitivement confrontés à un nouveau régime de volatilité. Ce phénomène n’a rien d’illogique au regard des incertitudes géopolitiques présentes et au regard du fait que nous sommes désormais entrés dans la dernière phase du cycle économique et financier initié en 2009-2010. Les mouvements erratiques sur les marchés ne sont que l’expression de cette prise de conscience, après un mois de janvier où l’excès d’optimisme régnait en maître dans l’esprit des opérateurs.

Naviguer dans ces eaux (plus) troubles n’est pas évident pour tout investisseur qui doit trouver le bon équilibre entre la recherche de rendement et la gestion des risques induits. Par essence, les incertitudes sont bien souvent difficiles à prévoir et pour celles qui sont présentes leur gestion est loin d’être aisée. Les dernières semaines ne nous ont pas épargnés : chute du gouvernement Rajoy en Espagne, psychodrame populiste en Italie et pressions commerciales américaines par exemple. Les prochaines semaines sont également porteuses de risques : quelle issue au sommet Un-Trump ? Le Conseil Européen de fin juin accouchera-t-il (une nouvelle fois) d’une souris ? Et la liste n’est pas exhaustive.

Ce climat tendu s’inscrit dans un contexte économique « solide » dans le sens où la croissance devrait se stabiliser à des niveaux satisfaisants à défaut d’afficher l’accélération que certains prédisaient il y a quelques mois encore.

La recherche de rendement est indissociable du risque encouru, disions-nous plus haut. Dans le contexte de cette année compliquée, il nous semble raisonnable de privilégier la gestion de la volatilité de son allocation plutôt que de mettre l’accent sur la recherche du rendement à n’importe quel prix. Le caractère incertain de la conjoncture politique et économique justifie amplement ce postulat, pour affronter le nouveau régime de volatilité qui s’est (durablement) installé.

Créé: 22.06.2018, 10h41

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...