L'affaire Iqbal Khan a fait l'actualité des dirigeants

Rétrospective 2019Credit Suisse a occupé les devants de la scène en 2019, après l'improbable affaire Iqbal Khan, parti chez le concurrent UBS.

Iqbal Khan est pour une fois sorti des pages économiques avec l'affaire des filatures.

Iqbal Khan est pour une fois sorti des pages économiques avec l'affaire des filatures. Image: Credit Suisse

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs importantes entreprises suisses, à l'image du géant zurichois de l'électrotechnique ABB ainsi que des chimistes bâlois Lonza et Clariant ont connu des changements à la tête de leur direction cette année. Mais après Lafargeholcim en 2017, Raiffeisen l'an dernier, Credit Suisse a occupé les devants de la scène, après l'improbable affaire Iqbal Khan.

Feuilleton de l'année 2019, la rocambolesque affaire Iqbal Khan, du nom d'un banquier vedette de Credit Suisse, trouve son origine dans la démission de ce dernier de son poste de patron des affaires de gestion de fortune internationales de Credit Suisse, annoncée début juillet. Auparavant, certains observateurs voyaient déjà le quadragénaire reprendre la direction de Julius Bär.

Mais le gestionnaire de fortune zurichois nomme finalement Philippe Rickenbacher comme successeur du directeur général Bernhard Hodler. Ce dernier avait repris mi-2018 le poste d'un autre quadragénaire très en vue, le Vaudois Boris Collardi, lequel a retrouvé les rives du Léman pour intégrer le collège des associés du concurrent genevois Pictet.

Fin août, UBS recrute Iqbal Khan, confiant à ce Suisse aux racines pakistanaises la co-direction des affaires de gestion de fortune aux côtés de Tom Naratil. Il intègre dans la foulée la direction générale de l'établissement aux trois clefs, alors que les spéculations quant aux vues de l'actuel directeur général d'UBS, Sergio Ermotti, sur la présidence de l'établissement se sont multipliées.

Poursuite en ville

Si ces changements n'ont rien d'exceptionnels dans le monde feutré de la finance, plusieurs médias se font l'écho mi-septembre de scènes de poursuites dignes d'un polar dirigées par l'ex-employeur d'Iqbal Khan. Selon la presse, le banquier et sa femme ont été poursuivis en voiture alors qu'ils roulaient en ville de Zurich.

Ayant repéré ses poursuivants, des détectives privés, le banquier s'arrête pour photographier la plaque numérologique de leur véhicule. Les hommes lancés à la poursuite de M. Kahn auraient alors tenté de lui arracher son portable, avant de prendre la fuite, toujours selon les médias, et d'être interpellés par la police.

La justice zurichoise a ouvert dans la foulée une procédure pénale pour contrainte et menaces, M. Khan ayant porté plainte. Ne pouvant plus esquiver l'affaire, le conseil d'administration de Credit Suisse promet alors de faire la lumière à ce sujet tout en évoquant une présentation des faits «sensationnaliste» et émaillée d'«importantes imprécisions».

A l'issue de l'enquête interne, Credit Suisse annonce le départ avec effet immédiat de Pierre-Olivier Bouée, le responsable opérationnel de l'établissement et proche lieutenant du directeur général Tidjane Thiam, ainsi que du chef de la sécurité. Selon le rapport, M. Bouée a ordonné de son propre chef la surveillance de M. Khan.

Querelle de voisinage

Pour seul commentaire, Tidjane Thiam a assuré ne rien savoir de la surveillance, la jugeant empreinte d'«amateurisme». Le Franco-Ivoirien a aussi écarté les rumeurs d'un conflit personnel avec Iqbal Khan, les deux dirigeants étant voisins à Herrliberg, commune de la côté dorée zurichoise.

En avril, ABB avait créé la surprise en annonçant la démission avec effet immédiat d'Ulrich Spiesshofer, patron du géant zurichois de l'électrotechnique depuis 2013. L'Allemand s'était certes à plusieurs reprises retrouvé sous les feu des critiques d'actionnaires, notamment concernant la stratégie, mais pas au point d'entraîner un départ.

A ce jour, les raisons de cette démission restent mystérieuses. Dirigé par intérim par le président du conseil d'administration, Peter Voser, ABB s'est trouvé un nouveau directeur général en la personne de Björn Rosengren. Le Suédois, président et directeur général de Sandvik, un groupe d'ingénierie basé à Stockholm, rejoint la société en février 2020.

Les deux chimistes bâlois Clariant et Lonza ont également vu leur patron jeter l'éponge, et cela même à deux reprises chez le second. En janvier, le directeur général du fournisseur de composants pour l'industrie pharmaceutique, Richard Ridinger, en poste depuis sept ans et désireux de se consacrer à des mandats d'administrateurs, annonce son départ pour mars.

Moins de dix mois plus tard, son successeur, Mark Funk, ex-responsable des opérations de la division Pharma & Biotech, fait à son tour part de son départ pour janvier prochain, le motivant par des raisons personnelles. Le président de Lonza, Albert Baehny assumera l'intérim, en plus de ses fonctions actuelles, jusqu'à la nomination d'un nouveau patron.

Du côté de Clariant, Ernesto Ochiello, installé aux commandes du chimiste de spécialités en octobre 2018 par son actionnaire principal Sabic, démissionne neuf petits mois après son entrée en fonctions, évoquant lui aussi des raisons personnelles. Son départ intervient dans le contexte de divergences entre le groupe bâlois et le géant saoudien. Là aussi, le président et prédécesseur de M. Ochiello, Hariolf Kottmann reprend le fauteuil directorial. (ats/nxp)

Créé: 18.12.2019, 15h15

Credit Suisse a également surveillé le chef des ressources humaines

La surveillance des employés chez Credit Suisse ne se serait pas limitée à l'ex-chef de la gestion de fortune Iqbal Khan. Un autre membre de la direction générale a fait l'objet d'une filature avant cette affaire, rapporte mardi le journal «Neue Zürcher Zeitung» («NZZ»).

Il s'agit de Peter Goerke, à la tête des ressources humaines, dont la surveillance se serait déroulée entre le 20 et le 22 février, selon le quotidien zurichois, qui est en possession de documents et de photographies qui prouveraient les faits. La filature - baptisée à l'interne «Opération Küsnacht» - aurait été conduite par l'entremise d'un intermédiaire.

De son côté, la banque a expliqué n'avoir aucune preuve que d'autres collaborateurs auraient fait l'objet d'une surveillance. «Credit Suisse examine actuellement les nouvelles informations révélées par les médias dans des revues internes et externes», a indiqué à AWP une porte-parole de Credit Suisse, sans fournir davantage de détail.

Peter Goerke est arrivé chez Credit Suisse en octobre 2015 peu après l'entrée en fonction du directeur général Tidjane Thiam. Fidèle collaborateur du Franco-Ivorien, il avait travaillé avec lui auprès de l'assureur britannique Prudential et l'avait suivi lorsqu'il avait été nommé à la tête du géant bancaire zurichois.

M. Goerke a quitté la direction du groupe fin février, quelques jours après cette surveillance supposée. Il est cependant resté au service du numéro deux bancaire helvétique comme consultant senior, mais sans mandat opérationnel fixe.

Articles en relation

Thiam «ne savait rien» au sujet de Khan

Banque Le patron de Credit Suisse assure n'avoir pas été au courant des démarches à l'encontre de l'espionnage de son ancien cadre Iqbal Khan. Plus...

Un chef du Credit Suisse aurait menacé un rival

Banque Le chef du Credit Suisse pour la Suisse Thomas Gottstein aurait menacé dans un restaurant un homme de confiance d'Iqbal Khan, un ancien cadre de la banque. Plus...

Affaire Khan: des têtes tombent, Thiam blanchi

Banques En plein scandale autour de la surveillance de son banquier vedette, Credit Suisse limoge deux responsables mais blanchit son patron Tidjane Thiam. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...