Affaire Credit Suisse: pas lieu d'agir, selon l'ASB

Banques suissesSelon le président de l'Association suisse des banquiers, l'affaire d'espionnage du Credit Suisse n'est qu'un cas isolé.

Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de l'Association suisse des banquiers (ASB) Herbert Scheidt considère l'affaire d'espionnage du Credit Suisse comme un cas isolé. Pour lui, il n'y a aucune nécessité d'intervenir. «Nous ne sommes pas des arbitres», a-t-il dit à la radio alémanique.

La réaction du président du Conseil d'administration de la banque, Urs Rohner, est «rassurante», a affirmé samedi Herbert Scheidt dans l'émission «Samstagsrundschau» de la SRF. Urs Rohner avait présenté ses excuses mardi dernier et estimé que la surveillance de l'ancien banquier du CS, Iqbal Khan, était «erronée et disproportionnée».

«Je pense que nous devrions accepter ces excuses», a ajouté Herbert Scheidt. De son point de vue, Credit Suisse a finalement agi correctement et proprement. «Nous regrettons aussi ce qui s'est passé et nous nous tournons désormais vers l'avenir», déclare le président des banquiers helvétiques.

Pas de risque systémique

Selon lui, il s'agit d'un cas isolé qui devrait donc être considéré comme tel. Herbert Scheidt ne voit pas la nécessité d'intervenir, écartant tout risque systémique pour le milieu bancaire en Suisse.

A la suite de cette affaire d'espionnage autour de son ancien banquier vedette Iqbal Khan, Credit Suisse a enregistré cette semaine le départ avec effet immédiat de son directeur opérationnel et du responsable de la sécurité. Le patron Tidjane Thiam en revanche n'aurait pas eu connaissance de l'initiative avant que celle-ci ne soit terminée et a donc été épargné.

Selon le rapport publié mardi après l'enquête confiée au cabinet d'avocat Homburger par le conseil d'administration de Credit Suisse, le directeur opérationnel (COO) Pierre-Olivier Bouée a ordonné au responsable de la sécurité de la banque de surveiller Iqbal Khan le 29 août, dès l'annonce du passage de ce dernier au concurrent UBS. (ats/nxp)

Créé: 05.10.2019, 13h10

Articles en relation

Le dégât d’image est immense et très coûteux pour Credit Suisse

Scandale Les analystes financiers et les experts bancaires sont unanimes quant aux conséquences néfastes de cette affaire trouble. Plus...

Affaire Khan: des têtes tombent, Thiam blanchi

Banques En plein scandale autour de la surveillance de son banquier vedette, Credit Suisse limoge deux responsables mais blanchit son patron Tidjane Thiam. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections: le PLR impute sa défaite à Maudet
Plus...