Passer au contenu principal

Les aéroports helvétiques risquent l’asphyxie en 2030

L’économie suisse dépend en partie de l’offre des trois sites de Zurich, Genève et Bâle. Cette réalité impose des solutions urgentes.

Les avions en partance font la file au moment du décollage à Kloten.
Les avions en partance font la file au moment du décollage à Kloten.
Aéroport de Zurich S.A

Du fait d’un nombre exceptionnel d’organisations internationales et de sièges de multinationales implantés en Suisse, ce tout petit pays s’est doté au XXe siècle d’un des plus forts réseaux aériens du monde, au regard du nombre d’habitants, selon l’institut de recherche britannique Oxford Economics. La qualité de l’offre dans ses trois aéroports, en considérant son état de l’an dernier, se classe au deuxième rang derrière celle de la Norvège. Cette réalité réjouissante, dont dépend en grande partie l’économie helvétique, s’avère toutefois menacée aujourd’hui.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.