ABB Sécheron hérite d’une commande au goût amer

DélocalisationABB utilisera ses chaînes genevoises, vouées à être délocalisées, pour remplir un gros contrat ferroviaire.

Le site de production d’ABB Sécheron à Vernier.

Le site de production d’ABB Sécheron à Vernier. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Annoncé vendredi par ABB, c’est le type de commande dont se serait enorgueillie son usine genevoise il y a deux ans encore. Pensez donc, 140 millions de dollars d’«équipement de tractions» – ces armoires qui alimentent et commandent les moteurs des locomotives électriques – à fournir sur des dizaines de trains Stadler livrés en Californie ou en Norvège.

De quoi donner de l’ouvrage pour des mois aux chaînes de production de transformateurs du parc industriel de Meyrin-Satigny. La multinationale ne vante-t-elle pas la «part importante de composants fabriquée en Suisse – 60% de la commande étant produite à Turgi et Genève»?

Dernière grosse commande?

Sauf que. En novembre 2017, la direction du groupe helvético-suédois a ordonné la fin de la production «lourde» sur son site dit d’ABB Sécheron, en hommage au fleuron de l’industrie genevoise passé sous son giron il y a trente ans. Fierté des ouvriers d’une usine encore rentable, la fabrication de transformateurs «de traction» était vouée à être délocalisée – en Pologne notamment – ce que le groupe n’a jamais ouvertement confirmé.

Cela n’empêchera pas ces ateliers d’être mis à contribution sur un gros contrat, peut-être pour la dernière fois. Quel sera leur rôle? Question délicate. Une porte-parole d’ABB estime «difficile» de déterminer la répartition du travail entre l’usine argovienne, qui fabrique les convertisseurs des trains, et celle de Genève, dédiée aux transformateurs.

A la rescousse de l'usine polonaise

Et pour cause. Selon le plan de «transformation globale» au nom duquel les 212 salariés du site se sont vus annoncer en 2017 la suppression d’un emploi sur deux, ABB Sécheron ne devrait plus fabriquer de transformateurs à la chaîne. Il était prévu que la restructuration de l’usine genevoise – désormais dédiée à de la recherche et aux «solutions de mobilité durable» – soit achevée au printemps 2019.

C’est apparemment plus compliqué. D’après nos informations, l’usine polonaise de transformateurs n’arrive toujours pas à prendre le relais du site genevois. Et ne pourrait assurer qu’une modeste part de la récente commande. Résultat, il faudra encore faire appel à ABB Sécheron, d’autant que les licenciements promis y ont été repoussés. Reste que nombre de salariés visés n’ont pas attendu d’être mis dehors pour partir. Ils seront remplacés par des employés temporaires, indique une source au fait de la situation.

Créé: 14.07.2019, 19h03

Articles en relation

ABB Sécheron délocalisera, mais moins vite que prévu

Industrie La période de consultation a permis d’adoucir la transition: 85 licenciements au lieu des 100 prévus. Plus...

Articles en relation

Plus de cent licenciements chez ABB Sécheron

Industrie La direction de la multinationale a annoncé la mauvaise nouvelle en début d'après-midi au personnel: plus d'une centaine de postes seront touchés sur deux ans. L'industrie genevoise est en état de choc Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.