Passer au contenu principal

SuisseABB dans le flou en 2020 face au coronavirus

Face à la crise, la direction et le conseil d'administration d'ABB ont décidé de réduire leurs salaires de 10% avec effet immédiat.

ABB ne donne plus de prévisions pour l'année en cours.
ABB ne donne plus de prévisions pour l'année en cours.
Keystone

ABB a renoncé à émettre des objectifs pour l'année en cours, en raison de la pandémie de coronavirus et de la chute des prix du pétrole. Le groupe d'ingénierie dispose cependant de suffisamment de liquidités pour pouvoir surmonter cette situation difficile.

Début février, l'entreprise zurichoise avait indiqué s'attendre cette année à un chiffre d'affaires stable ou un peu plus élevé qu'en 2019, ainsi qu'à une légère amélioration des marges, surtout au deuxième semestre. «Les conditions cadres économiques se sont encore détériorées en raison de la pandémie et de la baisse des prix du pétrole», a précisé ABB lundi dans un communiqué.

Les tarifs de l'or noir se sont effondrés ce lundi sur les marchés asiatiques. Le prix du brut West Texas Intermediate (WTI), référence aux Etats-Unis, a perdu 5,3% à 20 dollars le baril, tandis que celui du baril de Brent de la mer du Nord était de 23 dollars, en baisse de 6,5%, des niveaux jamais vus depuis 2003.

Le deuxième trimestre sera «difficile»

Alors que la situation semble se stabiliser en Chine, qui a représenté 15% des recettes d'ABB en 2019, le recul de la demande dans l'Empire du Milieu aura un impact, non quantifiable, sur les résultats du premier trimestre. Tous les segments d'activité risquent d'être touchés par un recul du chiffre d'affaires, mais les entrées de commandes devraient être moins impactées.

ABB a par ailleurs assuré que la majorité des sites de production tournaient normalement et que l'impact de la pandémie sur la chaîne d'approvisionnement était pour l'heure «minimal».

La division robotique devrait être particulièrement touchée, avec une chute de 20% des recettes et des entrées de commandes entre janvier et fin mars. La marge opérationelle (Ebita) de l'ensemble des unités sera également affectée, mais ce repli devrait être partiellement compensé par des mesures d'économie.

ABB va «intensifier ses efforts en matière d'efficience et réduit activement tous ses coûts non essentiels» en vue d'un deuxième trimestre qui s'annonce «difficile», a précisé le groupe dirigé depuis le 1er mars par le Suédois Björn Rosengren.

La direction rabote temporairement ses salaires

Le groupe est en mesure de couvrir ses besoins à court terme en liquidités par ses propres moyens, a-t-il assuré. Dans ce contexte, la direction et le conseil d'administration ont décidé de réduire leurs salaires de 10% avec effet immédiat et sur le temps de la crise.

ABB se trouve en plein milieu d'un important processus de restructuration. Malgré la situation tendue, la société s'attend toujours à boucler la cession de la division Réseaux électriques au japonais Hitachi d'ici la fin du deuxième trimestre.

Pour les analystes de Vontobel, «l'accélération des réductions de coûts va quelque peu réduire l'impact sur la rentabilité, mais 2020 sera une année difficile», ont-ils indiqué dans un commentaire.

Les investisseurs ne voyaient pas d'un bon oeil les annonces de la direction et se défaisaient du titre, cependant traité hors dividende de 0,80 franc ce qui pesait sur l'action. Vers 09h25, la nominative ABB abandonnait 5,7% à 16,66 francs, alors que l'indice vedette SMI reculait de 0,43%.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.