À Genève, des loyers deux fois plus chers qu’à Bienne ou Saint-Gall

ImmobilierSelon comparis.ch, la pénurie de logements reste la première cause des grosses disparités entre les dix villes suisses sondées.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En matière d’immobilier, l’enquête annuelle du site comparis.ch le prouve: les années se suivent et se ressemblent. En résumé, dans les villes de Bienne et surtout de Saint-Gall, «les appartements locatifs sont nettement moins chers qu’à Genève ou Zurich, affirme-t-il, se fondant sur une analyse des loyers dans les dix principales villes suisses tirés des annonces immobilières publiées sur le site. Le loyer y représente la moitié ou les deux tiers du prix pour un 4,5 pièces (ndlr: 5,5 pièces genevois).»

La comparaison est particulièrement frappante si l’on prend un 4,5 pièces plus cuisine d’une surface moyenne de 100 à 110 mètres carrés. Prix moyen mensuel à Genève: 3820 francs contre 2050 francs à Saint-Gall, 2400 francs à Bienne, 2850 francs à Lausanne ou 3073 francs à Zurich. Ce hit-parade est peu ou prou le même pour des logements de 3,5 pièces et de 2 pièces. Comme l’explique Frédéric Papp, expert Finance de Comparis dans un communiqué, «les différences de prix, parfois marqués, d’une ville à l’autre, sont liées divers facteurs. D’une part, les loyers élevés à Genève et Zurich, sont imputables à la pénurie du logement. Et d’autre part, le fait que les appartements sont comparativement moins chers à Saint-Gall et à Bienne s’explique par une attractivité économique plus faible.»

Le taux de vacance est y d’ailleurs supérieur à la moyenne helvétique de 1,62%, avec, respectivement, 2,32 et 2,43%. Selon Frédéric Papp, ce nombre de logements inoccupés indique clairement que les loyers y sont trop élevés, contrairement dans les deux capitales économiques Genève et Zurich, où les emplois bien rémunérés sont plus nombreux qu’ailleurs et où, partant, les locataires aisés sont prêts à payer des loyers élevés.

«Or, dans les villes de Suisse où ce taux de vacance excède la moyenne suisse, cela indique que les propriétaires tablent sur une demande croissance, préférant dès lors laisser leur bien vide plutôt que de louer à un loyer plus bas», affirme encore l’expert de Comparis. De leur côté, Genève, Zurich et Lausanne – que la cherté des loyers du bout du lac a frappé depuis cinq ans au moins – ont pris le problème de la pénurie en mains. Des logements, surtout à loyers abordables, sortent désormais de terre, afin de conserver ou de ramener les classes moyennes, voire populaires dans les centres-villes.

(TDG)

Créé: 09.05.2019, 07h10

Articles en relation

La «fake news» de Comparis.ch

Fumée Le site annonce qu'un Suisse sur deux fume, ce qui est faux. Ses raisons sont troubles. Plus...

La Chambre genevoise immobilière dénonce le comparatif des loyers de Comparis

Les loyers annoncés par le site de comparaison en ligne sont bien supérieurs aux loyers recensés par l'Office cantonal de statistique, signale Christophe Aumeunier. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les polices municipales pourraient disparaître
Plus...