Washington formalise les sanctions contre Huawei

TélécomsLes Etats-Unis ont publié mercredi un règlement formalisant l'interdiction de contrats publics pour le Chinois Huawei.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement américain a dévoilé mercredi les règles interdisant officiellement au géant chinois des télécommunications Huawei et à d'autres entreprises chinoises de nouer des contrats avec des marchés publics américains. Cet épisode est le dernier de la guerre commerciale entre Washington et Pékin.

Ce règlement provisoire va empêcher toute agence fédérale américaine d'acquérir auprès de ces groupes du matériel de télécommunications ou technologique qui entrerait comme «un composant substantiel ou essentiel à l'ensemble d'un système», à compter du 13 août.

Ces règles mettent en fait en oeuvre une interdiction incluse dans la loi relative à la défense approuvée par le congrès des Etats-Unis, un peu plus tôt cette année.

Le document stipule que des dérogations peuvent être accordées «dans certaines circonstances» pendant deux ans maximum par le dirigeant d'une agence fédérale ou, dans d'autres cas, par le directeur des services de renseignements nationaux.

Transfert technologique interdit

Des responsables américains assurent que le groupe chinois est lié aux services de renseignement de Pékin. Cette interdiction est aussi à rattacher au conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis.

Ces règlements, qui sont soumis à une période de commentaires de 60 jours, interdisent également les contrats publics aux sociétés chinoises ZTE, Hytera Communications Corporation, Hangzhou Hikvision Digital Technology Company et Dahua Technology Company.

Huawei fait également face à des sanctions interdisant l'exportation de la technologie américaine vers l'entreprise chinoise pour des raisons de sécurité nationale. Cette mesure, suspendue jusqu'à la mi-août, pourrait empêcher Huawei de se procurer des matériels et logiciels essentiels, notamment des puces de smartphone et des éléments-clés du système d'exploitation Google Android.

Huawei a affirmé que cette annonce n'était pas une surprise. Le groupe continue toutefois de «contester la constitutionnalité de l'interdiction devant un tribunal fédéral». (ats/nxp)

Créé: 08.08.2019, 02h09

Articles en relation

«Huawei mettrait son veto à toute tentative d’espionnage»

Chine Accusé d’être au service de Pékin, Ren Zhengfei, l’homme qui a fondé le groupe de télécoms en 1987, brise le silence. Plus...

Huawei biffe plus de 600 emplois aux USA

Télécoms Les répercussions suite aux sanctions américaines ne se sont pas faites attendre longtemps chez Huawei. Des centaines d'emplois vont passer à la trappe. Plus...

Filiale de Huawei accusée de collecter des données

République tchèque La firme tchèque du géant chinois de la téléphonie est au coeur d'un scandale de collecte secrète des données de ses clients. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.