Une bulle immobilière se formerait à Genève

ConjonctureCredit Suisse n’exclut pas des opérations purement spéculatives sur le marché du logement au bout du Léman.

Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En 2012, comme depuis plus de deux ans, la demande de logements en propriété et en location continuera de flamber sur le bassin lémanique. Cette tendance restera soutenue par des taux hypothécaires historiquement bas et une immigration dynamique.

«Une stabilité trompeuse, voire dangereuse sévit actuellement sur le marché immobilier. A Genève, on ne peut exclure que des opérations purement spéculatives apparaissent. Ce canton est déjà touché par le phénomène de bulle immobilière», prévient Sara Carnazzi, responsable de la recherche économique en deçà de la Sarine, au Credit Suisse.

L’experte estime toutefois que la Cité de Calvin se trouve encore protégée d’un effondrement comparable à celui du début des années nonante: «Une hausse des taux d’intérêt ou une chute de la demande ne semblent pas imminentes.» En ce sens, l’analyse de Credit Suisse se démarque sensiblement de celle de la Banque nationale (BNS). Celle-ci évoquait en juin dernier «des indices signalant une menace d’évolutions indésirables sur les marchés immobilier et hypothécaire.»

Quoi qu’il advienne, le marché de l’immobilier genevois s’illustre par ses blocages. Fin 2011, la part des permis de construire accordés par rapport au parc de logements existant se hissait tout juste à 0,7%, contre 3,8% dans le tout proche district vaudois de Nyon.

Cette paralysie touche autant le logement en propriété qu’en location. Le taux de vacance, dans les deux catégories confondues, se limitait à 0,25% du stock disponible au 1er juin 2011. Un taux largement inférieur à la moyenne helvétique.

Credit Suisse n’a certes pas manqué d’observer en Suisse des frais de logement souvent devenus plus bas en propriété qu’en location. Mais rien de cela à Genève! «Nulle part ailleurs que dans ce canton l’écart entre l’évolution des prix et des revenus ne s’est autant creusé», indique Philippe Kaufmann, économiste.

Les charges fiscales genevoises restent en plus parmi les plus élevées du pays. Autant pour les sociétés que pour les personnes physiques. Ce canton détient même le record national dans l’imposition des fortunes situées entre 2 millions et 5 millions de francs. Mais rien n’y fait. Genève séduit. Après avoir récemment concédé des baisses d’impôts, la patrie d’Henri Dunant a gagné cinq rangs dans le classement des cantons les plus attrayants l’an dernier. En quatrième position, c’est le meilleur des Romands. PRK

Créé: 06.03.2012, 17h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...