Syngenta opposé à l'interdiction de pesticides

AgricultureLe fabricant de produits phytosanitaires bâlois s'insurge contre la possible proscription de certains insecticides par l'UE.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que l'Union européenne examine l'interdiction totale de trois pesticides, Syngenta, tout comme l'allemand Bayer et d'autres s'y opposent. Très utilisés, ces insecticides, appelés néonicotinoïdes, sont soupçonnés d'être à l'origine de la mort des abeilles.

Directeur général de Syngenta, Erik Fyrwald juge une telle interdiction en Europe contre-productive. Elle entraînerait une diminution des récoltes et les agriculteurs utiliseraient d'anciens produits phytosanitaires dommageables à l'environnement, explique-t-il dans un entretien accordé à l'ats.

«Il s'agit d'une mauvaise décision», poursuit M. Fyrwald. Convaincu de la dangerosité des néonicotinoïdes pour les abeilles, le spécialiste de la question, Peter Neumann, partage l'avis du patron du groupe agrochimique bâlois.

De l'avis du professeur à l'Université de Berne, «une interdiction totale n'obtiendrait actuellement pas le succès escompté, l'agriculture nécessitant plutôt des alternatives». Dans une étude publiée en 2016, le scientifique a prouvé que les néonicotinoïdes rendaient les abeilles mellifères moins fécondes et réduisait leur longévité.

Renoncer aux pesticides

Les organisations de protection de l'environnement, comme Pro Natura et Greenpeace Suisse, soutiennent quant à elles l'interdiction totale envisagée par Bruxelles. Elles jugent déplacé l'argument selon lequel une interdiction totale entraînerait une réduction des récoltes et l'utilisation des produits plus dommageables pour l'environnement.

«Il est du devoir de l'industrie de développer des substances pour la protection des plantes respectueuses de l'environnement», relève Marcel Liner, de Pro Natura. Le mieux serait de renoncer autant que possible aux pesticides.

Actuellement, des agriculteurs peuvent travailler sans utiliser de produits de synthèse chimique, comme le démontre l'agriculture biologique. L'interdiction envisagée par l'Union européenne (UE) concerne les néonicotinoïdes thiamétoxame de Syngenta ainsi que le l'imidacloprid et le clothianidin de Bayer.

Depuis 2013, ces substances sont partiellement interdites en Suisse et dans l'UE. Elles ne peuvent ainsi pas être utilisées pour certaines applications, comme pour l'épandage au sol dans les cultures de maïs et de semences de colza. Le traitement sur les feuilles n'est pour sa part autorisé qu'après la floraison.

Feu vert des Etats nécessaire

Désormais, la Commission européenne entend franchir une étape supplémentaire en interdisant totalement l'utilisation de ces produits en plein air. Selon une porte-parole, l'exécutif européen veut présenter une proposition en ce sens d'ici quelques semaines.

Pour autant qu'elle reçoive l'approbation des Etats membres, une telle interdiction pourrait entrer en vigueur au début de l'an prochain. Mais ce feu vert n'est pas acquis. A Berne, l'Office fédéral de l'agriculture indique pour sa part attendre la décision de Bruxelles.

Syngenta et Bayer s'étaient déjà opposés en 2013 à l'interdiction partielle et avaient déposé une plainte auprès de la Cour de l'UE. S'appuyant aussi sur des études, les deux multinationales estiment qu'il est difficile de juger des dangers que font peser les néonicotinoïdes sur les abeilles.

Les deux géants de la chimie reprochent également aux autorités européennes de ne pas s'être penchées sur les effets de l'interdiction sur l'agriculture européenne. Selon leurs propres études, l'actuelle interdiction partielle se solderait pour les producteurs et transformateurs de colza par des pertes annuelles de près de 900 millions d'euros (un milliard de francs).

Influence surestimée

A la tête du numéro un mondial des produits phytosanitaires depuis un peu plus d'un an, M. Fyrwald note encore que l'influence des néonicotinoïdes est surestimée. «De nombreux facteurs peuvent affecter la santé des abeilles», argumente-t-il. «Les pesticides en sont un et il est de ce fait surprenant que la discussion se concentre spécifiquement sur ces substances.»

Des données recueillies par l'UE dans le cadre d'études en plein champ et de rapports d'apiculteurs ont démontré que certaines maladies ou parasites sont aussi dommageables pour la santé des abeilles, rappelle l'Américain. A son avis, il convient d'aborder cette dernière thématique ainsi que celle d'une agriculture durable de manière globale.

Si les néonicotinoïdes représentent des produits importants pour Syngenta, leur interdiction totale n'aurait que des effets mineurs sur la structure bénéficiaire et la position de l'entreprise, ajoute son patron. «Nous disposons d'autres substances que nous vendons.»

Les néonicotinoïdes vendus dans l'UE représentent moins de 1% du chiffre d'affaires total de Syngenta, lequel se hisse à 12,8 milliards de dollars (12,03 milliards de francs).

(ats/nxp)

Créé: 14.09.2017, 10h37

Articles en relation

Syngenta compte doubler ses ventes de semences

Agrochimie Le groupe bâlois récemment passé sous pavillon chinois veut aussi développer ses parts de marché au niveau des produits phytosanitaires. Plus...

«Nous allons soutenir les nouvelles technologies»

Agriculture Berne lance un plan d'action national pour réduire les risques liés aux pesticides dans l'agriculture. Explications avec Bernard Lehmann, directeur de l'OFAG. Plus...

Légumes asiatiques: vrai cocktail de pesticides

Alimentation En 2016 près d'un tiers des échantillons prélevés lors de contrôles aux frontières présentaient une teneur trop élevée en pesticides. Plus...

«Nous sommes en train de détruire nos sols, tout ça pour quoi?»

Santé Le comité de soutien à l’initiative «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèses» appelle à une prise de conscience «nécessaire et urgente». Plus...

Notre eau potable contient trop de pesticides

Environnement L’eau potable contient souvent des concentrations élevées de pesticides et de nitrates. L’agriculture est pointée du doigt. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...