Soros investit 1 milliard contre les «dictateurs»

DavosLe milliardaire veut créer un réseau d'universités pour faire face aux «dictateurs» et au réchauffement climatique.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le milliardaire américain George Soros a annoncé jeudi qu'il allait investir un milliard de dollars (970 millions de francs) dans un projet de réseau d'universités. Ce dernier aura pour but de mobiliser contre les «dictateurs actuels et en devenir», et contre le réchauffement climatique.

«La survie des sociétés ouvertes est menacée et nous faisons face à une crise encore plus grande: le changement climatique», a-t-il dit lors du dîner qu'il donne chaque année en marge du Forum économique mondial de Davos. Il a qualifié ce projet (Open Society University Network) de «plus important de (sa) vie», expliquant que toutes les universités du monde pourraient y participer. Ce réseau doit permettre d'atteindre «des endroits en manque d'éducation de qualité et des populations négligées», a dit George Soros.

Le financier devenu philanthrope a déploré que la Chine, les États-Unis et la Russie soient aux mains de «dictateurs actuels ou en devenir» tandis que «les rangs des dirigeants autoritaires grossissent.» Pour lui, «le plus grand et plus effrayant retour en arrière» concerne l'Inde, où George Soros a accusé le Premier ministre Narendra Modi de «créer un État nationaliste hindou».

Trump et Xi Jinping critiqués

Il a reproché au président américain Donald Trump d'être un «escroc et le narcissique ultime», qui a «fait surchauffer» l'économie américaine. «Une économie surchauffée ne peut être gardée longtemps en ébullition», a-t-il averti.

Comme l'an dernier, George Soros s'en est aussi pris au président chinois Xi Jinping qui selon lui veut créer «un nouveau type de système autoritaire et un nouvel être humain qui serait prêt à sacrifier son autonomie pour éviter les ennuis». Il a accusé le président chinois d'«exploiter les faiblesses» de son homologue américain.

Né en Hongrie dans une famille juive ayant fui les persécutions nazies, ce financier, célèbre pour son attaque spéculative contre la livre sterling en 1992, est devenu une cible des nationalistes et des théoriciens du complot, en Europe et aux États-Unis. (ats/nxp)

Créé: 24.01.2020, 03h22

Articles en relation

A Davos, George Soros s'en prend à la Chine

WEF-2019 Le milliardaire hongrois George Soros s'en est pris à la Chine dans son traditionnel discours de Davos jeudi. Plus...

Le WEF s'interroge sur la vitesse de la technologie

Davos Le Forum s'interroge sur la menace que fait peser la robotisation sur les emplois, dans un monde où les inégalités se creusent et où la peur du déclassement alimente le populisme. Plus...

Un ministre US dit à Greta d'aller «faire des études»

Davos Le secrétaire d'État américain au Trésor, Steven Mnuchin, s'est montré dédaigneux à l'égard de la militante activiste suédoise qui préconise d'arrêter d'investir dans les énergies fossiles. Plus...

Revivez la visite de Donald Trump à Davos

WEF 2020 Le président américain est venu pour la deuxième fois au WEF de Davos. Et les annonces qu'il a égrainées dans la station grisonne ne sont pas forcément inopportunes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...