Saint-Gobain renonce à prendre le contrôle de Sika

ChimieSika et Saint-Gobain ont trouvé un accord, mettant fin à l'ensemble des procédures judiciaires en cours après trois ans de conflit. Le titre de Sika flambe à la Bourse suisse.

Sika a trouvé un accord avec son repreneur Saint-Gobain.

Sika a trouvé un accord avec son repreneur Saint-Gobain. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'affaire Sika a trouvé son épilogue après plus de trois ans de conflit. L'entreprise française de matériaux de construction Saint-Gobain renonce à prendre le contrôle du groupe zougois de spécialités chimiques, mais en devient le premier actionnaire.

«Sika, la famille Burkard et Saint-Gobain ont signé un accord global qui résout et met définitivement fin aux litiges qui les opposent, au bénéfice de chacune des parties et de celui de leurs actionnaires respectifs et de leurs parties prenantes», souligne le communiqué publié vendredi.

Les protagonistes mettent un terme à l'ensemble des procédures judiciaires en cours. Les deux groupes souhaitent désormais étendre leurs relations commerciales tout en préservant l'indépendance de chacun, est-il précisé.

Saint-Gobain a acquis pour 3,22 milliards de francs la holding Schenker-Winkler (SWH) de la famille Burkard, les héritiers des fondateurs de Sika. Ce montant représente une augmentation de plus de 500 millions par rapport au prix d'acquisition initialement convenu en décembre 2014, prenant en compte la hausse de l'action Sika entre-temps.

«Issue très positive»

Le groupe français a cédé dans le même temps une participation de 6,97% dans Sika à la firme zougoise pour 2,08 milliards de francs et s'engage à conserver les 10,75% restants pour un minimum de deux ans. Ce montant inclut une prime de 795 millions de francs par rapport au cours de Bourse du 4 mai.

«C'est une issue très positive, tant d'un point de vue financier que stratégique», affirme le PDG de Saint-Gobain Pierre-André de Chalendar. Le groupe dégage ainsi «un résultat net positif de plus de 600 millions d'euros pour (ses) actionnaires», tout en conservant «une participation minoritaire dans une belle société».

Sortie par le haut

Cet accord «nous permet de sortir par le haut d'un dossier dont personne n'a jamais contesté le sens stratégique, mais qui restait complexe et incertain», a-t-il ajouté lors d'une conférence téléphonique.

Les deux entreprises se sont entendues sur des plafonds de détention à hauteur de 10,75% du capital pendant quatre ans, puis de 12,875% pendant les deux années suivantes. Interrogé sur ses intentions - solder l'aventure avec une sortie définitive de Sika dans deux ans ou la poursuivre avec une montée au capital dans six - Pierre-André de Chalendar a répondu que toutes les options restaient ouvertes.

Le président du conseil d'administration de Sika, Paul Hälg, et le directeur général, Paul Schuler, ont estimé que «cette solution permet d'amorcer un nouveau chapitre de (leur) réussite» et que «l'introduction d'une structure de gouvernance moderne fournira à Sika une base solide pour accélérer sa croissance».

Assemblée extraordinaire

Sika va organiser le 11 juin une assemblée générale extraordinaire en vue de créer une catégorie unique d'actions, de supprimer la clause controversée d'opting-out et la limitation statutaire de transfert des titres à 5%. Les actionnaires se verront également proposer l'annulation des 6,97% d'actions acquises auprès de SWH.

Fort de la résolution de ce litige, le groupe veut définir de nouveaux objectifs financiers dès l'année prochaine, a annoncé Paul Schuler. Des acquisitions sont également envisageables, l'entreprise disposant «de la puissance de feu nécessaire».

Participation purement financière

Revenant sur la participation que Saint-Gobain détient à présent dans Sika, le président Paul Hälg a affirmé qu'il s'agissait d'une participation purement financière. Le groupe de Courbevoie, en banlieue parisienne, n'est pas représenté au conseil d'administration, les représentants de SWH ayant démissionné de l'organe de surveillance.

L'origine du litige remontait à décembre 2014. La famille Burkard avait alors accepté de Saint-Gobain 2,75 milliards de francs en échange de ses parts dans Sika, qui se montaient à 16,1% du capital, mais représentaient 52,4% des droits de vote.

L'action s'envole

En pratique, Saint-Gobain pouvait ainsi prendre le contrôle de l'entreprise sans avoir à lancer d'offre publique d'achat grâce à la clause d'opting-out.

La direction et une majorité du conseil d'administration de Sika s'étaient opposées à cette transaction et avaient bloqué l'opération. Les adversaires s'affrontaient à coups de procédures devant les tribunaux, mais aussi de résolutions durant les assemblées générales visant à bloquer les décisions de l'un ou l'autre camp.

L'action Sika a logiquement bondi à la Bourse suisse après l'accord avec Saint-Gobain. Le titre a gagné momentanément plus de 10% vendredi matin. (ats/nxp)

Créé: 11.05.2018, 09h43

Articles en relation

Le titre Sika suspendu à la Bourse suisse

Chimie Alors que le groupe zougois a annoncé un chiffre d'affaires record, SIX a décidé de suspendre le titre en bourse, mardi. Plus...

Sika: chiffre d'affaires trimestriel record

Chimie Le groupe zougois de spécialités chimique a enregistré au premier trimestre un chiffre d'affaires record, en hausse de 11%, à 1,554 milliard de francs. Plus...

Sika étend sa présence en Amérique centrale

Spécialités chimiques Le fabricant zougois de spécialités chimiques établit une filiale au Honduras dans le but d'écouler ses produits dans la construction. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.