«Les taux d’intérêt négatifs sont durs à vivre»

BCGELe président de la direction générale de la Banque Cantonale de Genève n’est pas convaincu des effets d’une mesure appliquée par la Banque nationale suisse.

Le président de la direction générale de la BCGE, Blaise Goetschin, ne croit pas aux vertus des taux d’intérêt négatifs.

Le président de la direction générale de la BCGE, Blaise Goetschin, ne croit pas aux vertus des taux d’intérêt négatifs. Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Banque Cantonale de Genève (BCGE) peut se féliciter d’un premier semestre particulièrement réussi. L’établissement annonce notamment un bénéfice net en hausse de 10% par rapport à la même période un an plus tôt. Son résultat opérationnel progresse lui-même de près d’un quart. Ces belles performances n’atténuent cependant par les réserves du président de la direction générale, Blaise Goetschin, au sujet des taux d’intérêt négatifs de la Banque nationale suisse (BNS).

Bref rappel. L’Institut d’émission a introduit des taux d’intérêt négatifs à 0,25% le 18 décembre 2014. Puis il a multiplié la charge par trois un mois plus tard, alors qu’il abandonnait, simultanément, le cours plancher de l’euro par rapport au franc. Celui-ci avait été fixé à 1,20 franc le 6 septembre 2011. Les taux d’intérêt négatifs eux sont toujours prélevés sur les comptes de virement des banques, hébergés dans les coffres de la BNS, Cette mesure vise évidemment à atténuer l’attrait de l’acquisition de francs et la valorisation de la devise helvétique par rapport aux autres monnaies.

«Mais les taux d’intérêt négatifs sont durs à vivre pour la banque et ses clients, déplore Blaise Goetschin, le directeur général de la BCGE. Il n’y a en outre pas de preuve scientifique que cette mesure se soit révélée utile. Celle-ci participe en tout cas à une déformation des logiques d’allocation, favorisant entre autres des investissements plus téméraires dans des actifs atypiques ou dans l’immobilier, alimentant ainsi les risques de bulle.»

La BCGE estime que les taux d’intérêt négatifs lui causent, depuis janvier 2015, des coûts indirects oscillant entre 5 et 10 millions de francs par an. Blaise Goetschin refuse toutefois de céder à la tentation de défendre une position ou une autre sur la scène politique: «Plutôt que de nous plaindre, notre volonté est d’aider nos clients, en particulier les caisses de pension, à protéger leurs avoirs liquides en francs.»

En ce sens, la BCGE participe directement à la promotion de l’économie de Genève et de sa région. La banque a ainsi octroyé plus de 1,6 milliard de francs de nouveaux crédits aux entreprises et aux particuliers au cours des trois dernières années. En dépit d’un contexte de taux difficile, la BCGE démontre en outre sa solidité avec un ratio de fonds propres supérieur à 15%. La société a en outre pris soin de modérer son exposition au risque immobilier: la part des hypothèques n’excède par la moitié de la somme du bilan.

Ces tendances et les résultats du premier semestre stimulent la confiance des investisseurs. Depuis janvier, l’action de la société anonyme de droit public a gagné plus de 5,5% à la Bourse suisse. Le personnel participe lui-même à cette heureuse évolution puisque 84% des collaborateurs se partagent 2,5% du capital-actions de l’entreprise. (TDG)

Créé: 08.08.2017, 16h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

80% des insectes volants ont disparu en 30 ans
Plus...