Les caisses maladie sous la pression des taux négatifs

Crise du franc fortLes caisses de pension et autres assurances maladie essaient de trouver des parades aux taux d'intérêt négatifs que la plupart des banques imposent désormais.

Caisses de pensions et assurances maladies essaient de placer leurs liquidités mais le risque augmente.

Caisses de pensions et assurances maladies essaient de placer leurs liquidités mais le risque augmente. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le taux d'intérêts négatif instauré par la BNS tourne au casse-tête pour les assurances-maladie. Concordia par exemple, qui reçoit chaque mois près de 200 millions de francs de primes de ses 700'000 assurés.

Si 50 millions sont destinés aux soins médicaux, Concordia en place 100 millions, ce qui lui coûte chaque mois 750'000 francs en raison de la répercussion par les banques du taux d'intérêt négatif de 0,75% voulu par la banque centrale suisse.

Le casse-tête du placement

«Et les abattements des banques se réduisent de semaine en semaine», s'inquiète Christoph Braschler, directeur des finances de Concordia dans les colonnes du Tages-Anzeiger.

Groupe Mutuel, avec son 1,1 million d'assurés, enregistre des rentrées mensuelles de primes de 360 millions de francs mais il s'est assuré un abattement pour 280 millions. Au-delà, le taux négatif s'applique. «Nous ne savons pas comment nous allons placer 120 millions de francs pour la péréquation des risques parmi les caisses maladie sans devoir payer d'intérêts négatifs», explique le porte-parole Yves Seydoux.

Bien choisir sa banque

Groupe Mutuel évoque déjà des conséquences sur les primes. «Si le taux d'intérêt négatif plombe l'assurance de base, des caisses-maladies n'auraient d'autres solutions que de le répercuter au niveau des primes», ajoute Seydoux.

Le choix des banques est donc primordial. Certaines n'appliquent des taux négatifs qu'à partir d'un certains niveaux et d'autres, uniquement pour les investisseurs qui n'entretiennent aucun lien avec elles. Pas question toutefois de donner le moindre détail, «de peur de voir affluer une vague d'argent frais», explique-t-on dans certains établissements.

Le deuxième pilier menacé

Même inquiétude à la prévoyance professionnelle. Les caisses de pension paient et la tendance grimpe alors que les abattements consentis par les banques reculent sans cesse, confirme Lukas Riesen chez PPCmetrics, un des principaux cabinets conseil dans la branche en Suisse.

Dans ce cas, c'est bel et bien le deuxième pilier qui pourrait en faire les frais et le trou causé par la politique de taux négatifs pourrait atteindre entre 120 et 180 millions de francs à la fin de l'année. A la charge des assurés.

Entre la peste et le choléra

Les politiciens commencent ainsi à donner de la voix, à l'image de Filippo Lombardi. Le chef du groupe PDC aux Chambres fédérales déplore que l'introduction de taux d'intérêt négatifs se traduise par un «vol des rentes».

La situation pousse les caisses de pension à s'engager sur des chemins plus périlleux, explique Wolfram Klingler, spécialiste devises chez XTP. Elles investissent leurs liquidités dans des placements à court terme qui ne sont pas encore concernés par les taux négatifs mais plus risqués. «Soit elles accusent une perte certaine, soit elles font face à un risque de perte plus élevé. Elles ne peuvent que choisir entre la peste et le choléra.»

Créé: 27.02.2015, 15h01

Articles en relation

Santésuisse conteste le taux d'intérêt négatif de la BNS

Franc fort La faîtière des assurances maladie s'oppose à son tour au taux d'intérêt négatif mis en place par la BNS après l'abandon du taux plancher. Elle menace d'une hausse des primes. Plus...

Les rentiers établis à l'étranger profitent du franc fort

Prévoyance vieillesse Beaucoup de retraités suisses s'établissent à l'étranger pour profiter du soleil et des bas prix. D'autres, étrangers, retournent au pays après une vie de labeur. Plus...

Les caisses de pension s'inquiètent pour leur rendement

Prévoyance Avec l'entrée en vigueur des taux négatifs de la BNS, les instituts de prévoyance se retrouvent sous pression pour 2015. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.