La succession d’Ermotti et de Thiam affole les esprits

Credit Suisse et UBSÂgés respectivement de 59 et 57 ans cette année, les deux patrons stars sont rattrapés par leur horloge biologique.

Le Tessinois Sergio Ermotti dirige 
la première banque suisse UBS depuis huit ans déjà et va bientôt avoir 59 ans. Sa succession est désormais ouverte, mais l’heureux élu ne devrait pas provenir 
de l’intérieur de l’établissement.

Le Tessinois Sergio Ermotti dirige la première banque suisse UBS depuis huit ans déjà et va bientôt avoir 59 ans. Sa succession est désormais ouverte, mais l’heureux élu ne devrait pas provenir de l’intérieur de l’établissement. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

UBS va présenter mardi matin ses résultats du quatrième trimestre 2018; pour Credit Suisse, ce sera le 14 février prochain. Depuis plusieurs jours, les analystes financiers se confrontent dans de savantes prévisions: laquelle des deux grandes banques suisses affichera les meilleurs chiffres en matière de gestion de fortune privée et le plus de milliards de dollars d’argent frais récoltés; qui, des deux, aura su tirer son épingle du jeu sur le marché hyperconcurrentiel de la banque d’affaires? Finalement, laquelle d’entre elles saura enfin faire remonter le cours de son action, au plancher tant pour UBS que pour Credit Suisse?

D’aucuns voient le patron de Credit Suisse Tidjane Thiam prendre la succession de Christine Lagarde à la tête du FMI. D’autres, et malgré les dénégations du Franco-Ivoirien de 57 ans bientôt, le voient se lancer en politique, peut-être en Côte d’Ivoire. Image : KEYSTONE

La Bahnhofstrasse jase

Voilà ce qui, officiellement, titille donc le monde de la finance. Mais officieusement, de la Bahnhofstrasse à Londres et à Singapour, tout le monde n’a qu’un mot à la bouche: «Succession». Car les milieux bancaires, comme ceux des milliardaires de la planète ou du sport-spectacle, adorent eux aussi la peoplelisation de leur branche. Et, en la matière, il est clair que peu d’hommes n’ont autant que Sergio Ermotti, CEO d’UBS, et Tidjane Thiam, CEO de Credit Suisse, incarné l’établissement qu’ils dirigent.

Or, à l’instar des top models, l’horloge biologique avance impitoyablement pour les deux hommes. Sergio Ermotti, né le 11 mai 1960, aura 59 ans cette année, et Tidjiane Thiam, né le 29 juillet 1962, monte gentiment sur ses 57 ans. Cas aggravant, le CEO tessinois d’UBS dirige la plus grande banque suisse depuis huit ans déjà, ce qui, au niveau mondial, en fait déjà le patron à la plus grande longévité – un élément qui est loin de sonner comme un compliment dans un secteur fortement balayé par les nouvelles technologies.

Dès lors, c’est bien la succession à la tête d’UBS qui agite le plus les esprits, au point que le président du conseil d’administration Axel Weber (61 ans) vient récemment de s’en expliquer à Bloomberg: «Sergio Ermotti et moi-même sommes arrivés à un moment où nous nous interrogeons sur notre avenir et sur la meilleure façon d’opérer notre succession. Mais nous n’en sommes qu’au début du processus. Nous avons le temps.» En tant que président d’UBS, Axel Weber devra en effet se retirer en 2022 pour limite d’âge et, pour l’heure, tout indique que le très respecté et craint CEO tessinois voudrait partir en même temps que lui. La preuve de cette non-précipitation: «Ermotti vient tout récemment d’acheter, en propre, pour 13 millions de francs d’actions UBS», avancent encore les observateurs de la cour de la Bahnhofstrasse.

Le mercato est lancé

Dans le cas du patron de Credit Suisse, Tidjane Thiam, les choses se déroulent un peu différemment. Le Franco-Ivoirien ne dirige en effet la grande banque que depuis trois ans, et sans avoir encore atteint son objectif de rentabilité maximale. Dans son cas, c’est lui-même qui a, indirectement, lancé les rumeurs d’un départ prochain. Au début de septembre, son service de communication a ainsi affirmé que «Tidjane Thiam ne sera pas candidat aux élections présidentielles de Côte-d’Ivoire en 2020», alors que personne ne se posait la question. Dès lors, d’autres spéculations sont remontées à la surface, selon lesquelles le patron de Credit Suisse serait pressenti pour reprendre la direction du Fonds monétaire international après le départ de Christine Lagarde en 2021.

Chez UBS, on voit déjà un étranger arriver, en la personne de l’Autrichien Christian Meissner, 46 ans et ex-patron de l’investment banking chez Bank of America. Chez Credit Suisse, aucun nom ne circule encore vraiment. Mais, dans les deux cas, tout le monde est désormais suspendu à une prochaine nomination au sein de la direction générale des deux grandes banques. Le mercato a commencé.

Créé: 21.01.2019, 22h45

La fête à la grimace?

Sur Bloomberg, tant les analystes que les investisseurs affichent une belle confiance envers UBS avant la présentation, demain, des résultats au 4e trimestre 2018. Ceci même s’ils prévoient un bénéfice net en baisse «à cause des fortes incertitudes qui règnent sur l’économie mondiale». Idem pour Credit Suisse, même si beaucoup reconnaissent que, «sous l’ère Tidjane Thiam, les objectifs de réduction de coûts ont dépassé les attentes et que le récent programme de rachats d’actions aura des effets positifs», contrairement à UBS. Selon l’expert bancaire Alberto Tocchio, cité par «Finews», «les grandes banques américaines viennent d’afficher des résultats peu enthousiasmants au 4e trimestre. Cela se produira également pour les banques européennes.»

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...