La folie du Black Friday gagne désormais la Suisse

ConsommationCette année, de nombreuses enseignes se lancent dans les grandes soldes à l’américaine qui suivent Thanksgiving.

Manor revendique être «la première chaîne de grands magasins à avoir instauré le Black Friday en Suisse l’année passée». Le groupe parle d’un «succès commercial phénoménal».

Manor revendique être «la première chaîne de grands magasins à avoir instauré le Black Friday en Suisse l’année passée». Le groupe parle d’un «succès commercial phénoménal». Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est reparti… et de plus belle! Le Black Friday (vendredi noir), cette folle journée de fièvre acheteuse où les commerçants cassent les prix sur quantité de produits, gagne la Suisse. De nombreuses enseignes se sont lancées cette année sur ce créneau afin d’inciter les consommateurs à chasser les bonnes affaires et booster leurs ventes.

A l’image de la fête de Halloween, transformée en une déferlante commerciale, la mode du Black Friday vient des Etats-Unis. Cette journée de grandes promotions est organisée depuis des décennies par les commerçants au lendemain de la fête de Thanksgiving (qui célébrait les récoltes de l’année). Elle ouvre la course aux achats des fêtes de fin d’année.

Qui est le premier?

Conforama se flatte d’être «la première enseigne à avoir lancé le Black Friday en Suisse, en novembre 2014». Elle précise qu’alors, le succès était plus important en Suisse alémanique. Mais depuis, il a gagné la Suisse romande. Etalé sur trois jours, le week-end 2015 a connu «la plus forte activité commerciale, soit le double d’un week-end moyen», indique le groupe.

Chez Manor, qui revendique de son côté être «la première chaîne de grands magasins à avoir instauré le Black Friday en Suisse l’année passée», l’excitation est palpable. Le distributeur parle d’un «succès phénoménal», affirmant avoir enregistré des ventes trois fois supérieures à un vendredi normal et une augmentation du trafic de 50% dans ses magasins. Pourtant ces promotions s’adressent uniquement aux clients titulaires de la carte maison. Ces derniers bénéficient de rabais de 30% sur une grande partie de l’assortiment (mode, bijoux, ménage, jouets…) et 10% dans l’alimentation, vin, multimédia, électronique ou les montres Swiss made.

De plus en plus d'enseignes

Dans leur sillage, toute une série d’enseignes ont décidé de prendre le train en marche: notamment H&M, Inter discount, Christ et Microspot, trois marques du groupe Coop, ainsi que Carat (groupe Migros). Le groupe de garages genevois Chevalley est pour sa part associé à Mercedes-Benz et Mercedes-AMG pour une opération spéciale ce vendredi, au centre i-Life à Etoy: 35 Mercedes-Benz neuves de stock seront vendues à prix coûtant.

Du côté de la FRC, la Fédération romande des consommateurs, on est dubitatif: «C’est une concentration d’actions pour faire bouger les consommateurs, remarque Mathieu Fleury, secrétaire général. Nous, nous sommes pour des prix justes toute l’année.» Il perçoit cette journée de folie comme un «gag marketing» mais y voit tout de même certains avantages. Le Black Friday permet d’anticiper les achats des fêtes de fin d’année, car les gens sont fatigués du rush final. Et il pense aussi aux employés qui fabriquent les objets tant convoités, le plus souvent en Chine, pour qui cette anticipation diminue la pression. Car les usines doivent travailler en flux tendus pour des entreprises qui veulent bannir les stocks.

Du «Black au Pink Friday»

On ne sait pas si cette préoccupation a guidé la ville de Nyon. Mais celle-ci a, en cette journée du 25 novembre, accepté une prolongation des ouvertures de magasins pour leur permettre de célébrer cet événement commercial. Sous la houlette de l’association des commerçants, une septantaine d’enseignes y participe. Certains profitent aussi de l’aubaine pour faire leur pub sans offrir de rabais sur leurs produits, comme ce marchand de chaussures de luxe au centre de Genève qui, pour l’occasion, attire le chaland dans son magasin en lui offrant une rose au titre d’un «Pink Friday» (vendredi rose)!

Enfin, il y a ceux qui dénoncent cette fièvre acheteuse et la surconsommation en général. Cette année, la Journée mondiale sans achats aura lieu le lendemain du Black Friday, samedi 26 novembre: pour ses initiateurs, «c’est vingt-quatre heures de réflexion sur l’impact social, économique et écologique de la consommation des pays riches sur l’ensemble de la planète».

Créé: 24.11.2016, 20h05

L’e-commerce a dopé l’événement

Les journées de grandes promotions et autres ventes flash concentrées dans le temps, qui connaissent un véritable boom aujourd’hui, le doivent sans doute au formidable développement des achats sur Internet. Le Black Friday a été popularisé dans le monde par des marques telles qu’Apple, Amazon et d’autres géants des ventes en ligne. Les cyberconsommateurs découvrent régulièrement dans leur boîte mail ou sur les réseaux sociaux de telles actions à prix cassés. Le 28 novembre, ils auront d’ailleurs droit au Cyber Monday.

Ces dernières années, le e-commerce a explosé à la faveur des multiples plateformes d’accès, fixes et mobiles. Selon une récente enquête de Comparis, 96% des Suisses passent commande sur Internet au moins une fois par année. Plus de 43% des 30-39 ans passent commande en ligne plus de douze fois par an. En 2015, selon l’Association suisse de vente à distance, les commerçants en ligne ont réalisés 7,2 milliards de francs de chiffre d’affaires, soit une augmentation de 7,5% par rapport à 2014. Les branches de l’électronique domestique et de l’habillement, chaussures et accessoires arrivent en tête des achats sur le Web.

La difficulté pour les marques qui disposent de magasins physiques est d’affiner la stratégie de ventes en parallèle sur leurs sites Internet. Pour les enseignes suisses, il s’agit aussi d’inciter les acheteurs en ligne à freiner leur tourisme d’achat. Selon l’E-commerce Report Suisse, la part de marché des fournisseurs étrangers de e-commerce dans notre pays est passée en 2015 à 20%.

Mais il peut y avoir aussi un phénomène de lassitude face à une multiplication des offres tous azimuts, affichées comme promotionnelles. Comme celles de Zalando, qui vous suit à la trace quand vous naviguez sur Internet, ou les actions du site de merchandising de la NHL, pour les fans de hockey nord-américain, qui ces derniers jours bombardait ses clients avec des actions «Early Black Friday Sale». C’est un peu comme les soldes à l’année dans les magasins. La poule aux œufs d’or risque l’indigestion. J.-M. C.

Articles en relation

50% des Suisses achètent en ligne une fois par mois

E-commerce L'e-commerce continue sa progression en Suisse, selon une étude. Plus...

Les Suisses soucieux d'acheter «équitable»

Etude La Suisse fait partie des pays qui consomment le plus de produits issus du commerce équitable par habitant. Plus...

Le climat de consommation reste timide

Suisse L'indice trimestriel réalisé par le SECO n'a pratiquement pas changé entre juillet et octobre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...