La crise du logement attise les arnaqueurs

InternetLes offres immobilières frauduleuses pullulent. Même les sites les plus réputés peinent à les contenir. Exemple à Genève.

Capture d'écran d'une annonce aussi séduisante que... frauduleuse, qui a été retirée cette semaine suite à une plainte.

Capture d'écran d'une annonce aussi séduisante que... frauduleuse, qui a été retirée cette semaine suite à une plainte. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vous cherchez un appartement? Vous êtes en quête d'un bon prix? Et vous désespérez car vous ne trouvez rien depuis des mois? Méfiez-vous! Des arnaqueurs profitent de la crise du logement pour tromper les gens. Sur Immostreet.ch, un des principaux portails immobiliers du pays, une offre - retirée lundi suite à une plainte - proposait un «magnifique appartement, entièrement rénové, à deux pas du lac». Deux pièces et demi et un balcon pour un loyer mensuel de 1250 francs. Sans les charges, précisait l'annonce sans doute pour paraître plus réaliste.

Pour le visiter, le site proposait de contacter une dénommée Germaine Tudor par email ou sur un téléphone en Suisse. Un numéro fictif. Par email par contre - la Tribune de Genève s'est fait passer pour un client -, il n'a pas fallu patienter plus d'une heure pour obtenir une réponse: un message signé Germaine Tudor, présentée comme la propriétaire, qui demande quelques informations à notre sujet, toujours pour faire sérieux vraisemblablement.

Offre paraissant sérieuse

Dans les échanges suivants, ça se corse: Germaine dit résider en Angleterre et ne pas pouvoir se déplacer pour la visite (elle l'aurait déjà fait une fois et le client, qui aurait trouvé un autre logement entre temps, ne serait pas venu, une expérience qu'elle ne souhaiterait pas renouveler). La visite devra se faire avec «un agent d'Airbnb» à qui il faudra payer un dépôt au préalable.

Germaine Tudor? Il s'agit d'un nom d'emprunt - le vrai est connu de la rédaction - celui d'une personne qui réside dans le canton. Contactée, elle semble à bout de nerf: «Une quinzaine de personnes m'ont appelé. C'est un scandale. Je me suis fait moi-même fait avoir et j'ai perdu 4800 francs», confie-t-elle.

Comment a-t-elle perdu une telle somme, elle le supposé contact de l'offre frauduleuse? Germaine Tudor est en réalité une victime de l'arnaqueur. Le soi-disant propriétaire - qui disait initialement s'appeler Valérie Labor - s'est même bien amusé avec elle: non seulement son «agent d'Airbnb» l'a fait poireauter devant l'appartement sans venir mais en plus il a réussi à lui faire débourser une grosse somme, déposée sur un compte de la banque Barclays à Londres. Et il utilise depuis son nom comme la personne de référence de son arnaque!

Recrudescence générale

L'offre a été publiée le 12 octobre et consultée 1226 fois; 91 emails ont été envoyés au mystérieux «propriétaire», avant qu'elle ne soit retirée lundi vers midi - 29 jours plus tard. Les escroqueries sont de plus en plus courantes sur le marché des locations. Immostreet en supprime près de trois par semaine et, de guerre lasse, ne contacte pas la police.

Les autres portails immobiliers, mais aussi ceux des petites annonces, reportent presque tous des hausses similaires qu'ils peinent à contenir. Chez Scout24 Suisse, la société qui gère Immoscout24.ch, «les coûts annuels consacrés aux contrôles contre les fraudes s'élèvent à un montant à sept chiffres», selon sa communication manager Regula Sandi.

«Prix en dessous du marché, propriétaire à l’étranger, impossibilité de visiter l'appartement avant de procéder à un premier paiement: ces indices doivent inciter à la prudence», avertit Alexander Rechsteiner, porte-parole du Département fédéral de justice et police. «Ces arnaques paraissent toujours plus sérieuses et visent un marché saturé, ce qui pousse les gens à céder plus facilement», renchérit Jean-Philippe Brandt, responsable presse de la police genevoise. «Difficile de lutter contre, sinon en faisant de la prévention, car on sait rarement qui est derrière. Seule certitude: celui qui paie ne reverra pas son argent», prévient le policier. (TDG)

Créé: 10.11.2015, 12h04

Articles en relation

Des locataires genevois sont visés par une arnaque

Mise en garde Des malfrats envoient de nouvelles coordonnées bancaires par courriel aux locataires. Plus...

Comment les plus fragiles tombent dans le piège de l’arnaque au matelas

Arrestation Deux individus ont été arrêtés, accusés d’avoir tenté d’escroquer au moins quatre personnes. L’une d’elles témoigne. Plus...

Les bureaux se vident à Genève

Immobilier La hausse, annuelle, est saluée par les milieux immobiliers. Ils y voient un signal positif dans un marché sclérosé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: le congé accordé aux femmes par la Ville fait débat
Plus...