La Suisse reste le pays le plus compétitif du monde

PerformanceLa Suisse domine le classement, devant les Etats-Unis. Seul point noir: trop de bureaucratie.

De manière générale, les experts du WEF se disent par ailleurs «préoccupés» par le système financier, dont les niveaux de «solidité» ne se sont pas encore remis du choc de 2007.

De manière générale, les experts du WEF se disent par ailleurs «préoccupés» par le système financier, dont les niveaux de «solidité» ne se sont pas encore remis du choc de 2007. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les années suivent et se ressemblent. La Suisse reste le pays globalement le plus compétitif du monde, selon l’étude annuelle du WEF (Forum de Davos). Elle devance les Etats-Unis et Singapour, qui gagne une place. L’autre petite place financière d’Asie, Hongkong, passe du 9e au 6e rang. La France pointe au 22e rang (–1), l’Espagne est 34e, et le Portugal se glisse devant l’Italie (respectivement 42e et 43e). Israël réussit à gagner huit rangs en une année, passant du 24e au 16e rang.

Stabilité des institutions, qualité des infrastructures, bonnes conditions pour l’innovation, la formation et l’éducation en général, système de santé performant, entreprises fiables: la Suisse est plébiscitée pratiquement dans tous les domaines dans ce rapport qui passe au crible 138 pays, le Yémen fermant la marche.

Mis à part la taille du marché domestique, dépeint comme un handicap largement compensé par la puissance de ses multinationales, la Suisse ne récolte que quelques points négatifs. Une certaine bureaucratie est pointée du doigt, tout comme les restrictions dans le marché du travail découlant du vote populaire de février 2014 sur «l’immigration de masse». Enfin, des employeurs locaux se plaignent aussi du manque de main-d’œuvre très pointue.

De manière générale, les experts du WEF se disent par ailleurs «préoccupés» par le système financier, dont les niveaux de «solidité» ne se sont pas encore remis du choc de 2007. Ils en sont inquiets, car le développement fulgurant de la quatrième révolution industrielle aura besoin de s’appuyer sur un accompagnement financier. Ces transformations vont aussi se solder par de massives pertes d’emplois. Afin de résister à ce «choc économique» prévisible, le WEF souligne que les travailleurs devront être soutenus pendant des périodes transitoires.

Créé: 26.09.2017, 22h20

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.