La Suisse abrite des rois de la brosse à dents

Industrie bucco-dentaireDe Saint-Gall, Zurich ou Lucerne, des groupes parviennent à exporter ces produits malgré la cherté du franc.

Trisa Holding AG, un des leaders mondiaux du secteur, produit un million de brosses à dents chaque jour.?
KEYSTONE

Trisa Holding AG, un des leaders mondiaux du secteur, produit un million de brosses à dents chaque jour.? KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A bien des égards, la Suisse est le pays de la brosse à dents. La semaine dernière, le groupe Curaden AG a annoncé s’être lancé dans la production de ces instruments d’hygiène dentaire à Degersheim, dans le canton de Saint-Gall. L’usine est capable de fabriquer 30 millions d’exemplaires de Curaprox par an.

Curaprox? La marque helvétique est moins connue des Suisses que Colgate ou Oral-B mais, lance Ueli Breitschmid, propriétaire du groupe Curaden, «notre notoriété est importante sur nos trois marchés principaux, en République tchèque, Slovénie et Slovaquie». L’entreprise exporte aussi beaucoup au Brésil, alors que 5% de ses ventes se font en Suisse.

Deux autres fabricants alémaniques construisent leurs brosses à dents en Suisse. Esro AG, qui, de Kilchberg (ZH), commercialise la marque Paro dans 25 pays. Comme Curaden, il vise un marché de niche et collabore avec des dentistes et des pharmaciens. Sa production est symbolique: deux millions de brosses par an, presque toutes écoulées à l’étranger.

Trisa Holding AG, un des leaders mondiaux du secteur, en produit, de son côté, un million chaque jour. L’entreprise de Triengen (LU), qui a présenté l’an dernier un chiffre d’affaires de 255,2 millions de francs (+11,5% sur un an), collabore avec les grands distributeurs dans plus de 80 pays. Trisa sert également de sous-traitant à plusieurs grandes multinationales du secteur, comme Signal ou Colgate.

Les brosses helvétiques s’exportent comme des petits pains et, en Suisse, on les adore. Chez Migros, les marques M-Budget, M-Classic sont «made in Switzerland», et les modèles Candida, produits en grande partie au bercail et partiellement en Allemagne. «Seules les brosses manuelles de Oral-B ne sont pas faites en Suisse», selon un porte-parole. «Les brosses à dents de nos marques propres (Dentamed, Jamadu, Prix Garantie) sont fabriquées par Trisa à Triengen», renchérit-on chez Coop. L’an dernier, 5,49 millions de kilogrammes de brosses à dents ont été exportés de Suisse et seulement 370 000 kg ont fait le chemin inverse (voir l’infographie). Même avec le chocolat on n’arrive pas à de telles différences.

La branche souffre néanmoins du franc fort: depuis le début de l’année (de janvier à août), les importations de brosses à dents ont grimpé de 7,4%, alors que leurs exportations ont chuté de 8,1%, selon les douanes. Face à ces difficultés, les trois fabricants suisses disent avoir revu leur budget ou intensifié leur production sans restructurer. «Cette industrie est très automatisée. Construire en Suisse reste financièrement tout à fait avantageux», estime Ueli Breitschmid. «Etre en Suisse nous permet de bénéficier du label «Swiss made» et, surtout, de pouvoir innover», renchérit Adrian Pfenniger, président de Trisa.

Le marché est croissant, et pas seulement dans les pays émergents, où les gens ont désormais les moyens de débourser davantage pour soigner leurs dents. En 1974, les Suisses ont utilisé 6 millions de brosses à dents, un chiffre qui a grimpé à 22,2 millions l’an dernier, selon Trisa. Les Helvètes ne sont donc pas seulement de gros fabricants de brosses à dents, ils figurent aussi parmi leurs principaux consommateurs.

(TDG)

Créé: 27.09.2015, 21h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.