La France s'inquiète pour sa croissance

ConjonctureLa Banque de France a revu à la baisse ses attentes de croissance pour le début de l'année mais reste optimiste à plus long terme.

La production industrielle a été moins forte que prévu au mois de mars.

La production industrielle a été moins forte que prévu au mois de mars. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Banque de France (BdF) a abaissé mercredi sa prévision de croissance à 0,3% pour le premier trimestre, en raison d'une progression moins forte que prévu de la production industrielle au mois de mars.

Ce chiffre, en baisse de 0,1 point par rapport à la dernière estimation publiée le 8 mars par l'institution monétaire, est également inférieur à la prévision de l'Insee, qui anticipe une progression du produit intérieur brut (PIB) de 0,4% sur les trois premiers mois de l'année.

Il ne remet néanmoins pas en cause la dynamique globale de l'activité, les chefs d'entreprise étant majoritairement optimistes sur les perspectives d'activité pour le mois d'avril, selon la Banque de France.

Des services en pleine santé

La Banque centrale, qui se base pour cette estimation sur son enquête mensuelle de conjoncture auprès des chefs d'entreprise, fait ainsi état d'une accélération de la croissance dans le secteur des services.

«Tous les services progressent vivement, sauf les transports et l'hébergement-restauration», souligne dans un communique l'organisme public, qui observe par ailleurs une forte augmentation des effectifs dans ce secteur.

Dans le secteur du bâtiment, l'évolution s'est également avérée positive, notamment dans le second oeuvre. «Les carnets de commandes restent bien garnis», relève la Banque de France.

Optimisme sur l'année

Concernant l'industrie, le ralentissement s'explique principalement par les résultats «en retrait» dans l'aéronautique et les matériels informatiques, la production étant restée «dynamique» dans les équipements électriques et les produits pharmaceutiques.

Plusieurs indicateurs ont laissé apparaître ces dernières semaines un ralentissement de l'activité dans ce secteur, et plus globalement dans le secteur privé, tant au niveau français qu'européen.

Sur l'ensemble de 2018, la Banque de France table pour l'heure sur une hausse du PIB de 1,9%, en raison des bons résultats enregistrés l'an dernier (2% de croissance), qui se répercutent mécaniquement sur ceux de l'année en cours.

Le gouvernement, qui attendait jusque-là 1,7% de croissance, a annoncé mardi avoir relevé sa prévision à 2% dans le sillage de la commission européenne, qui parie sur 2%, et de l'OCDE, plus optimiste encore avec 2,2% de croissance. (ats/nxp)

Créé: 11.04.2018, 10h17

Articles en relation

Hollande tance Macron dans un livre bilan

France L'ancien président publie mercredi «Les leçons du pouvoir». Les piques envers son successeur ne manquent pas. Plus...

La grève a déjà coûté «une centaine de millions»

France Le patron de la SNCF s'est exprimé lundi matin alors que la grève des cheminots s'annonce encore très suivie. Plus...

Nouvelle grève: 30% de vols annulés à Air France

Aviation Un vol sur trois était annulé chez Air France dans une nouvelle journée de grève. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Suisse, nid d'espions
Plus...