L'Apple Card accusée de sexisme

Carte de paiementUn entrepreneur a dénoncé sa faculté à être plus éligible à des crédits que sa femme. Une enquête est ouverte à New York.

Jennifer Bailey, vice-présidente d'Apple Pay, lors de la présentation de l'Apple Card, le 25 mars dernier en Californie.

Jennifer Bailey, vice-présidente d'Apple Pay, lors de la présentation de l'Apple Card, le 25 mars dernier en Californie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des accusations de discrimination contre le géant des technologies Apple et la banque Goldman Sachs, partenaire de sa carte de paiement Apple Card, ont conduit à l'ouverture d'une enquête à New York, a confirmé samedi le régulateur des services financiers de l'État américain à l'AFP.

«L'Apple Card est vraiment un putain de programme sexiste», a tweeté jeudi un entrepreneur américain, David Heinemeier Hansson. «Ma femme et moi-même déclarons nos impôts conjointement et nous sommes mariés depuis très longtemps. Et pourtant l'algorithme "boîte noire" d'Apple pense que j'ai le droit à une limite de crédit 20 fois plus élevée qu'elle», a-t-il continué.

L'entrepreneur a depuis tweté une série de messages, racontant ses discussions infructueuses avec le service client d'Apple et pestant contre l'impossibilité à expliquer pourquoi l'algorithme a décidé que sa femme était moins éligible à des crédits que lui. La qualification de «boîte noire» désigne des systèmes d'intelligence artificielle dont on ne parvient pas à expliciter les raisons ayant conduit aux décisions qu'ils prennent.

Nous allons «mener une enquête pour déterminer si la loi de New York a été enfreinte et nous assurer que tous les consommateurs sont traités de manière égale quel que soit leur sexe», a déclaré un porte-parole de Linda Lacewell, directrice du département des services financiers de New York.

Apple propose depuis mars dernier l'Apple Card avec deux partenaires, Mastercard et la banque Goldman Sachs. «Nos décisions en termes de crédit sont fondées sur la solvabilité des clients et non pas sur le genre, la race, l'âge, l'orientation sexuelle ou tout autre facteur interdit par la loi», a déclaré de son côté Andrew Williams, porte-parole de Goldman Sachs. (afp/nxp)

Créé: 10.11.2019, 01h06

Articles en relation

Des résultats meilleurs que prévus pour Apple

Etats-Unis L'action de la marque à la pomme a bondi mardi après la publication de résultats supérieurs aux attentes. Plus...

Des développeurs portent plainte contre Apple

High-Tech Apple est poursuivi par des développeurs d'applications mobiles pour sa gestion de l'App Store, considéré comme un «monopole abusif». Plus...

Apple ne respecte pas la vie privée de ses usagers

High-tech L'App Store a comme des airs de talon d'Achille pour Apple. Des journalistes ont découvert que des applications partagent les informations confidentielles à l'aide de «trackers». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Braquage: La Poste renonce aux transports de fonds
Plus...