Cent mesures pour enrayer le cataclysme climatique

Réchauffement de la planèteL’humanité a encore les moyens d’arrêter l’étouffement de la planète, assure la coalition Drawdown, soutenue par le Prix Nobel J. Dubochet.

Pr Jacques Dubochet, Prix Nobel de chimie 2017.

Pr Jacques Dubochet, Prix Nobel de chimie 2017.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le message des avocats de la grande décrue du CO2? Non, il n’est pas trop tard. Installant un relais en Suisse, quatre ans après sa création aux États-Unis – et soutenu par un Nobel lémanique – le mouvement Drawdown répond à la crainte d’un cataclysme que dessinent les récentes alertes sur l’aggravation du réchauffement de la planète.


Lire aussi l'éditorial: Climat: le pouvoir d'agir


Il n’est plus seulement question de fonte de glaciers. Début octobre, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), basé à Genève, a confirmé que depuis l’accord universel de Paris sur le climat, en 2015, rien n’a été fait. Et que, sans diminution de 45% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 – autant dire demain –, la température du globe aura augmenté de 5,5°C d’ici à la fin du siècle. Selon les climatologues, un réchauffement de 4°C suffirait à condamner l’Europe à une sécheresse permanente.

La grande décrue

Une fatalité que combattent les avocats du «drawdown», dont la première conférence en Suisse a attiré plusieurs centaines de participants mardi soir sur le campus de l’École internationale de Genève, une institution qui a déjà mis en place quelques-unes des mesures préconisées. Le «drawdown», c’est la grande décrue, «la date à partir de laquelle la concentration en gaz à effet de serre de l’atmosphère commence à décroître, l’humanité étant à même d’en retirer davantage de CO2 qu’elle n’en émet», martèle Chad Frischmann, le directeur de la recherche du mouvement venu de Californie pour l’occasion.

La coalition propose cent solutions qui, mises en œuvre dès aujourd’hui, permettraient une inversion de la concentration en C02 de l’atmosphère dans une trentaine d’années. Ne nécessitant aucune révolution technologique, la plupart de ces pistes peuvent être adoptées «sans regret», en raison de «leurs seuls bénéfices économiques et sociaux», assure Chad Frischman.

Une coalition de septante chercheurs a commencé par classer tous les moyens à disposition pour réduire les émissions de gaz à effet de serre – ou en retirer une partie de dans l’atmosphère. «Au départ, l’idée était de mesurer si les solutions existantes pouvaient éviter le cataclysme. Et on s’est rendu compte que c’était le cas», explique en aparté John Moorhead, responsable de la structure helvétique de l’association, lancée en septembre.

Tourbières et menu vert

Dans cette liste à la Prévert, on trouve bien sûr les énergies renouvelables – les éoliennes terrestres figurent au deuxième rang, les centrales solaires au huitième. Mais tout y passe, de la protection des précieuses tourbières et de la forêt primaire à l’utilisation du bambou ou la récupération du méthane dans les décharges. Sur les vingt solutions les plus efficaces, huit concernent le système agroalimentaire, «des choix que tout le monde peut faire au quotidien», lance Chad Frischmann. Selon ce dernier, la grande décrue «n’est envisageable que si l’ensemble de ces mesures sont mises en œuvre à une échelle planétaire».

Dans son rapport fondateur – un best-seller aux États-Unis* – tout est chiffré, afin de justifier la mobilisation: le coût total de l’ensemble de ces mesures sur trente ans atteindrait 29 000 milliards de dollars. Chiffre qui ne dit pas grand-chose, à moins d’être ramené au produit intérieur brut (PIB) mondial, 80 000 milliards année après année.

Qui finance cette vaste campagne de sensibilisation lancée par l’activiste Paul Hawken? Plusieurs fondations de riches familles, indique son site internet. Un coup d’œil sur son conseil d’administration fait apparaître la fille du fondateur de CNN, Ted Turner, ou l’ancien pilote de Formule 1 brésilien Pedro Diniz, qui a transformé la fazenda familiale en géant des produits bios. On y voit également des scientifiques comme Janine Benyus, pionnière du «biomimétisme», le processus d’ingénierie inspiré de la nature.

Les doutes d’un Prix Nobel

En Suisse, la coalition bénéficie du soutien du Pr Jacques Dubochet, Prix Nobel de chimie 2017. Intervenant lors de la conférence de mardi, ce dernier n’en a pas moins mis en garde contre le défi que représente cet espoir de grande décrue du CO2, comparant la planète à un paquebot géant au gouvernail bloqué se dirigeant vers les récifs. «Même si nous arrivons à réparer et à stopper ce changement de cap, le navire continuera toujours dans la mauvaise direction; le faire virer sera une autre histoire», estime le biophysicien.

À ses yeux, «si la montée de la concentration de CO2 est très rapide, la redescente après le drawdown sera beaucoup plus lente – il faut la compter en dizaines de milliers d’années». Ce qui lui vaut d’émettre cette interrogation: «Nos excès ont bouleversé le monde pour ce qui est, à notre échelle, l’éternité; comment avons-nous le droit de continuer cela?» interpelle-t-il.

*«Drawdown - comment inverser le cours du réchauffement planétaire», Paul Hawken, Actes Sud, 576p.

(TDG)

Créé: 18.11.2018, 16h52

Comment amorcer la décrue du CO2?

Petite sélection, parmi les cent mesures préconisées par le projet Drawdown afin d’amorcer la grande décrue, avec une estimation des émissions de gaz à effet de serre qui pourraient être évitées ou retirées de l’atmosphère. À titre de comparaison, le GIEC estime à 550 gigatonnes d’équivalents CO2 (GtC) les quantités rejetées par l’activité humaine entre 1750 et 2010. Sur la seule année 2016, 52 gigatonnes ont été émises.

Solution n° 1 - Fluides réfrigérants: -90 GtC

On croyait le problème des frigos et de la clim réglé par le protocole de Montréal, en 1987. Succès confirmé par la réduction du trou dans la couche d’ozone, annoncé au début du mois. Las, les réfrigérants ayant remplacé les CFC émettent des milliers de fois plus de carbone. Des alternatives existent, plus coûteuses.

Solution n° 3 - Gaspillage alimentaire: -70 GtC

Le tiers de notre production alimentaire actuelle n’atteint pas nos estomacs et finit par pourrir.

Solution n° 5 - Restauration de la forêt tropicale: -61 GtC

La solution est connue de tous: la forêt tropicale peut séquestrer 6 gigatonnes de carbone par an.

Solution n° 9 - Systèmes sylvo-pastoraux: -31 GtC
Etonnamment, ce ne sont pas les cultures «raisonnées» mais la mise en place de pâturages en zones boisées pour le bétail – système «coûteux et lent à mettre en place» – qui constitue le moyen le plus efficace pour limiter le C02 issu de l’agriculture.

Solution n° 21 - Réchauds rudimentaires: -16 GtC

Près de 3 milliards d’êtres humains cuisinent sur réchaud à bois, charbon ou kérosène.

Solution n° 72 - «Biochar» ou «terra preta»: -0,8 GtC

Technique amérindienne ancestrale d’amendement des sols agricoles, la combustion lente de résidus de bois ou de végétaux dans des meules enterrées évite leur décomposition dans l’atmosphère. P.-A.SA.

Articles en relation

La Suisse sera davantage touchée que la moyenne

Climat Avec un réchauffement à 2 degrés, les experts du GIEC estiment que l'évolution en Suisse serait deux fois plus rapide qu'en moyenne globale. Plus...

Climat: le GIEC tire la sonnette d'alarme

Environnement Le GIEC estime que le monde doit prendre des mesures «sans précédent» s'il veut limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Plus...

Climat: carte postale géante sur le Jungfraujoch

Record Guinness La plus grande carte postale du monde, selon le Guinness Book, a été déployée vendredi sur le glacier d'Aletsch (VS). Pour attirer l’attention sur le changement climatique. Plus...

L’agriculture doit se réinventer pour faire face au changement climatique

Été caniculaire Irriguer ou se lancer dans de nouvelles cultures? Le défi est vital pour les agriculteurs, qui subissent des étés caniculaires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...