BlaBlaCar met la main sur son concurrent russe

CovoiturageLa plateforme française de covoiturage BlaBlaCar a annoncé lundi l'acquisition du Russe BeepCar.

BlaBlaCar revendique 65 millions d'inscrits dans le monde.

BlaBlaCar revendique 65 millions d'inscrits dans le monde.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'opération de BlaBlaCar s'accompagne d'un «partenariat marketing» avec le géant russe de l'internet Mail.Ru.

«La Russie est un très gros marché» pour BlaBlaCar, qui y est implantée depuis 2014, a expliqué à l'AFP Nicolas Brusson, cofondateur et directeur général de l'entreprise française.

C'est «un de nos gros moteurs de croissance», et désormais le premier marché de BlaBlaCar en volume d'activité, a-t-il précisé.

«Ils sont venus vers nous pour trouver un rapprochement, ce qui nous a amené à les racheter», a indiqué M. Brusson, qui estime que le coût -non communiqué- est «raisonnable».

BeepCar, service lancé en 2016 par le réseau social russe Mail.Ru sur le modèle de BlaBlaCar, «n'a pas si bien marché», a-t-il raconté. «Ca démontre que ce n'est pas si facile de créer une communauté (de covoitureurs).»

BlaBlaCar pour sa part «a réussi à garder (son) avantage sur le marché russe» avec «encore 85 à 90% de parts de marché» actuellement.

Le trafic BeepCar sera automatiquement redirigé vers BlaBlaCar à l'automne. La plateforme française va concrètement «promouvoir le covoiturage via les plateformes de Mail.Ru», tandis que le groupe russe va «se concentrer sur le développement de ses services de livraison de nourriture, de petites annonces, de commerce transfrontalier et de taxi», selon un communiqué.

«L'idée est pour nous de supprimer un concurrent» et d'«unifier la qualité de produit sur le marché russe» car Beepcar donnait «une image assez dégradée du covoiturage», a détaillé M. Brusson.

BlaBlaCar revendique 65 millions d'inscrits dans le monde, dont 15 millions en Russie (hors BeepCar) et 14 millions en France. BeepCar en avance pour sa part 5 millions (qui ne s'ajouteront sans doute pas à ceux de la plateforme française, car une bonne partie des clients utilisent les deux services).

L'entreprise française, lancée en 2006 et présente dans 22 pays, donne généralement assez peu de détails sur son activité.

«On a toujours été en croissance, et là on est en réaccélération du fait des pays émergents» (Russie, Ukraine et Brésil), et parce que, «en France, on a été poussés sur le dernier trimestre par les grèves» à la SNCF, a relevé Nicolas Brusson. (ats/nxp)

Créé: 06.08.2018, 18h14

Articles en relation

Le Blablacar existe aussi pour les proprios de bateaux

Economie de partage Depuis quelque temps, des propriétaires de bateaux et des personnes souhaitant effectuer une sortie en mer peuvent se rencontrer sur internet et se rendre mutuellement service. Plus...

La justice donne raison à Blablacar

Espagne Accusée de concurrence déloyale par les autobus, l'entreprise ne peut être assimilée à une compagnie de transport selon le tribunal de Madrid. Plus...

Blablacar se lance au Brésil

Covoiturage La start-up française qui facilite le covoiturage, déjà présente au Mexique, poursuit son expansion en Amérique latine en ouvrant un bureau au Brésil. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Khashoggi, l'Arabie saoudite et le Yémen
Plus...