Bilan d’un été houleux à Cointrin pour EasyJet

AviationLe transporteur a annulé ou dérouté un nombre de vols important ces deux derniers mois à Genève Aéroport.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Annulations en cascade, retards, avions déroutés, témoignages de «vacances gâchées», pilotes sous pression, engueulades à Cointrin et compensations impossibles à obtenir. L’été d’EasyJet à Genève semble avoir été particulièrement difficile, à en lire la presse et les réseaux sociaux. Est-ce le cas? La compagnie, qui a attiré l’an dernier 43,6% des passagers à Cointrin, serait-elle sinon victime d’un acharnement médiatique?

Les chiffres permettent d’y voir clair. Du 27 juin à jeudi dernier, 22 allers-retours et 12 vols vers Genève ont été annulés, selon des données de Genève Aéroport, de l’Association des riverains de l’aéroport et d’un site de tracking d’aéronefs.

Le rôle de Lyon

Est-ce plus que l’été dernier? Sans nul doute, EasyJet le reconnaît. Mais on ne dispose pas de données similaires l’été dernier pour un comparatif. On peut comparer par contre le nombre de vols EasyJet à vide de Lyon vers Genève. Un indicateur clé: les avions de la compagnie orange qui arrivent trop tard à Cointrin sont déroutés vers Lyon-Saint-Exupéry, avec à bord des passagers condamnés à prendre un bus et à arriver chez eux dans la nuit. Ces appareils prennent la direction de Genève à vide, en général le lendemain à l’aube.

Depuis le 27 juin, 23 vols EasyJet à destination de Genève ont été déroutés vers Lyon, plus de trois fois plus que l’an dernier à la même période. En tout, depuis le 27 juin, 79 vols ont été affectés par une annulation ou un déroutage. Et l’on ne compte pas les retards.

C’est à peine 0,5% des vols EasyJet Suisse à Cointrin. Plus de 7000 atterrissages et décollages du transporteur ont été recensés à Genève sur le même laps de temps, la plupart d’EasyJet Suisse, la société helvétique du groupe anglais.

Comment expliquer la hausse des annulations? EasyJet cite des facteurs extérieurs: les conditions météorologiques ont été mauvaises en juillet. «De par sa situation géographique et les contraintes spécifiques du contrôle du trafic aérien, l’aéroport de Genève est particulièrement exposé aux retards liés aux orages», estime Thomas Haagensen, directeur commercial d’EasyJet pour l’Europe du Nord. Des intempéries qui ont affecté le groupe ailleurs: en Europe, 541 vols EasyJet ont été annulés en juillet dernier contre 350 douze mois plus tôt.

Le cadre de la compagnie évoque aussi la fermeture d’une piste à Gatwick. Enfin, des facteurs internes au transporteur aérien – des incidents techniques à la disponibilité d’avions de remplacement et aux horaires des équipages – expliquent aussi les retards, selon Thomas Haagensen. Quatorze appareils EasyJet sont basés à Genève depuis le mois de mai. L’un, de réserve, peut être sollicité pour pallier des manques ailleurs, ce qui a pu causer des désagréments à Cointrin. Le 16 août, il a été sollicité pour éviter une annulation à Bâle, où la compagnie orange est également très active.

Trafic aérien en hausse

Les défis sous-jacents sont connus: le trafic aérien augmente d’année en année à Cointrin, plus vite que le nombre de créneaux disponibles sur le tarmac étriqué de Genève Aéroport. Les défis logistiques sont croissants, surtout pour une compagnie comme EasyJet, dont les taux de rotation entre deux vols sont très courts. L’an dernier, elle a enregistré un taux d’occupation de ses vols de 91,6%, son record.

Avec 43,6% des passagers à Cointrin, EasyJet est la grande compagnie du canton, ce qui explique pourquoi les projecteurs sont braqués sur elle. Le deuxième client aérien de Cointrin, Swiss, n’a pas attiré plus de 14,4% des passagers en 2016.

Les autres compagnies ont également affiché des taux d’annulation et/ou de retard importants cet été à Cointrin. En matière de retard, elles font même moins bien qu’EasyJet en moyenne, selon le site FlightStats. A Bâle, les opérations du groupe orange se sont déroulées selon ses prévisions et n’ont pas connu plus de perturbations cet été. (TDG)

Créé: 19.08.2017, 10h17

Articles en relation

L’indemnisateur genevois

Vol très en retard? Avion dérouté? Annulation de dernière minute? Vous pouvez être compensé et les démarches ne sont pas forcément longues et fastidieuses! Plusieurs agences se sont en effet lancées dans le marché des compensations de vols. Près de 3% des quelque 25 000 mouvements aériens par jour peuvent être l’objet de compensations, selon l’organisation IATA, qui estime à guère plus d’un dixième la part des passagers lésés cherchant à être compensés. Le marché est d’autant plus porteur que les compagnies qui facilitent la vie des personnes souhaitant être indemnisées sont inexistantes.

Les sociétés du secteur ont en général un modèle attractif: le client qui veut être indemnisé et contacte l’une d’elles ne paiera rien s’il n’obtient pas gain de cause; s’il gagne, la société prend une commission. Parmi ces intermédiaires figure une entreprise genevoise.

L8Flight, basée à la rue De-Candolle, a été fondée l’an dernier par un ancien banquier, Gonzague du Couedic, et un informaticien, Brian Sinicki. Au sein de la jeune pousse, on dit avoir constaté que les demandes, toutes compagnies confondues, ont été importantes cet été, mais manquer de recul pour comparer avec les années précédentes.

L’équipe se base sur les réglementations européennes en matière d’indemnisation, qui fixent des règles claires: sont indemnisables les passagers des vols qui affichent à l’arrivée plus de trois heures de retard, des vols qui ont été annulés moins de deux semaines avant l’horaire prévu de départ ou en cas de surbooking. Selon la distance du vol, les compensations en matière de retard peuvent aller de 250 euros à 600 euros. Dans la plupart des pays, les passagers qui s’estiment lésés sont en droit de demander une indemnisation jusqu’à cinq années après le vol en question (ce qu’ils peuvent faire à condition qu’ils aient gardé leur réservation).

Gonzague du Couedic, qui collabore avec des avocats spécialisés dans l’aviation, indique que les compagnies abusent souvent du mauvais temps pour justifier des retards car, selon lui, cette excuse comporte des éléments subjectifs difficiles à combattre sur le plan juridique. R.ET.

Articles en relation

Sous l’ère McCall, le trafic d’EasyJet a décollé de 50%

Trafic aérien Démission Patronne du transporteur à bas coût depuis 2010, Carolyn McCall a révélé son départ lundi matin pour le groupe média ITV. Plus...

Un avion d’EasyJet rétrécit subitement: passagers laissés à terre

Transports Suite à un changement d’appareil, des voyageurs n’ont pu embarquer. Colère et incompréhension. Plus...

Contrat renouvelé entre EasyJet et Swissport

Les négociations entre deux principaux employeurs de l’aéroport ont été longues Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.