Amazon va «coopérer» à l'enquête de l'UE

ConcurrenceL'Union européenne a ouvert une enquête contre Amazon, soupçonné de violer des règles de concurrence.

Amazon a déjà fait l'objet d'une enquête de la Commission européenne.

Amazon a déjà fait l'objet d'une enquête de la Commission européenne. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Commission européenne a annoncé mercredi l'ouverture d'une «enquête approfondie» sur le géant américain du commerce en ligne Amazon, soupçonné d'enfreindre les règles européennes de concurrence en utilisant les données issues des détaillants indépendants qui vendent sur son site.

«J'ai décidé d'examiner très attentivement les pratiques commerciales d'Amazon et son double rôle en tant que place de marché et détaillant, afin de vérifier si l'entreprise respecte les règles de concurrence de l'UE», a expliqué la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, dans un communiqué.

La Danoise, dont les services ont déjà enquêté sur Apple, Facebook, Google et déjà Amazon dans le passé, est dans la ligne de mire du président américain Donald Trump, qui l'accuse de détester les Etats-Unis, pour avoir à plusieurs reprises infligé des amendes aux entreprises américaines. «Nous coopérerons pleinement avec la Commission», a réagi Amazon dans un courriel à l'AFP.

Collecte d'infos

Amazon vend directement des produits sur son site internet, mais met également à disposition de vendeurs indépendants une place de marché appelée «Marketplace», sur laquelle ils peuvent vendre aux consommateurs.

«En fournissant une place de marché aux vendeurs indépendants, Amazon collecte en permanence des informations sur les activités exercées sur sa plateforme», explique la Commission.

«Informations sensibles»

L'ouverture de cette «enquête approfondie» fait suite à une enquête préliminaire débutée il y a plusieurs mois, qui a laissé apparaître que le géant américain utilisait «des informations sensibles sous l'angle de la concurrence» sur «les vendeurs, leurs produits et leurs transactions».

«L'ouverture d'une procédure formelle d'examen ne préjuge pas de son issue», précise la Commission. Mais les sanctions infligées par Bruxelles dans ce type de cas peuvent atteindre jusqu'à 10% du chiffre d'affaires.

«Toute la question tourne autour des données» recueillies grâce aux petits détaillants qu'Amazon héberge, avait expliqué Mme Vestager en septembre dernier, lorsqu'elle avait annoncé l'existence d'une enquête préliminaire «sur un éventuel abus de position dominante».

Selon elle, Amazon pourrait ensuite exploiter ces données pour «faire ses propres calculs», «voir ce que les gens veulent comme offre, et ce qui les fait acheter tel ou tel produit».

Amazon a déjà fait l'objet d'une enquête de la Commission, qui lui avait demandé en 2017 de rembourser au Luxembourg 250 millions d'euros d'avantages fiscaux indus. (ats/nxp)

Créé: 17.07.2019, 12h24

Articles en relation

La taxation du numérique s'invite au G7

Gafa La taxation des géants du numérique en Europe pourrait passer par le G7, c'est du moins ce que souhaite le ministre français des Finances. Plus...

Grève internationale contre Amazon

Travail Les employés de plusieurs pays protestent contre leurs conditions de travail à l'occasion des journées de promotions qui se font sur leur dos. Plus...

Gafa: Paris encourt le courroux de Washington

Internet Les Etats-Unis promettent des représailles après que la France a adopté une «taxe Gafa» (Google, Amazon, Facebook, Apple). Plus...

Amazon, marque la plus puissante du monde

Classement Le géant du commerce en ligne a détrôné Google comme marque mondiale la plus puissante, selon un classement Kantar. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.