50% des employés jugent leurs chefs incompétents

SuisseUne étude révèle qu'un collaborateur sur deux en Suisse se montre très critique face à ses supérieurs. En cause: le manque de communication et de transparence.

Seuls 48% des sondés se disent satisfaits de la transparence de leurs dirigeants.

Seuls 48% des sondés se disent satisfaits de la transparence de leurs dirigeants. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les patrons n'ont pas franchement la cote en Suisse. Selon une étude de la société de conseil Great Place to Work (GPTW) menée auprès de 50'000 employés de 200 entreprises, un collaborateur sur deux juge son supérieur incompétent. Un constat qui est valable dans toutes les secteurs de travail. Pas de différence non plus selon les sexes, puisque les chefs, qu'ils soient masculins ou féminins sont logés à la même enseigne, selon «20 Minuten» mardi.

GPTW souligne que la façon dont les employés évaluent leur patron est un facteur décisif dans la façon dont ils notent leur entreprise. En effet, la semaine dernière, une de ses études révélait que la meilleure entreprise suisse 2019 était la firme Sensiron à Stäfa, devant DHL Express et la banque LGT au Liechtenstein. Autant de sociétés où les employés estiment à 82% que leurs supérieurs sont compétents.

Pas assez de transparence

Qu'est-ce qui fait que les patrons sont si mal évalués ailleurs? Selon l'étude, beaucoup de chefs ne prennent pas assez en compte les suggestions des employés. En outre, seuls 48% des sondés se disent satisfaits de la transparence de leurs dirigeants. Un chiffre qui grimpe à 90% de réactions positives en moyenne dans les trois entreprises les mieux cotées en Suisse.

Selon l'écrivain et expert en ressources humaines, Jörg Buckmann, il faut donc plus que de bonnes connaissances spécialisées ou techniques pour être un patron compétent. «La capacité à communiquer est très importante», souligne-t-il, de même que l'empathie, la curiosité ou la capacité d'écoute, selon lui. En outre, un bon leader doit être capable de prendre des décisions et de les défendre. Cela signifie aussi être capable d'admettre ses propres erreurs aux employés, conclut-t-il.

Créé: 09.04.2019, 22h26

Articles en relation

Migros et Coop sont les plus gros employeurs privés de Suisse

Economie Le géant orange a dévoilé ses chiffres pour l'année 2018. Comparaison chiffrée avec ses concurrents. Plus...

Les employeurs les plus généreux de 2017 (3/3)

DOSSIER Dans quelles entreprises fait-il bon travailler en Suisse romande? Classement des meilleures pratiques en matière de ressources humaines. 3ème et dernier volet. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Grande-Bretagne plébiscite le Brexit de Johnson
Plus...