Passer au contenu principal

1979, l’année où le monde a voulu sauver l’atmosphère

Partie de Genève, la mobilisation pour la qualité de l’air vient rappeler les progrès – et les limites – de quarante ans de lutte pour sauver le climat.

La ministre norvégienne G.H. Bruntland face aux négociateurs soviétiques (L.N. Efromov, au premier plan) lors d’une réunion préparatoire de la Convention de l’air, en 1979 à Moscou.
La ministre norvégienne G.H. Bruntland face aux négociateurs soviétiques (L.N. Efromov, au premier plan) lors d’une réunion préparatoire de la Convention de l’air, en 1979 à Moscou.
UNECE

Si loin, si proche. Alors que la jeunesse d’Europe se mobilise dans la rue contre l’immobilisme de ses dirigeants face à «l’urgence climatique», il y a 40 ans, à Genève, 34 pays – dont les deux grandes puissances – s’entendaient sur la réduction de la pollution de l’air. Un combat pour la qualité de l’air qui sera, ce mercredi, au centre de la Journée mondiale de l’environnement accueillie par la Chine.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.