Passer au contenu principal

Le Monde reste au contact, malgré Federer

Nick Kyrgios et Jack Sock ont remporté le double de l’espoir pour Team World. Mais Federer et Nadal semblent trop forts (7-5)

La paire Kyrgios-Sock a permis au reste du monde de rester au contact avant la journée décisive de dimanche.
La paire Kyrgios-Sock a permis au reste du monde de rester au contact avant la journée décisive de dimanche.
Keystone

Au matin du dernier jour, l’Europe n’est plus qu’à deux victoires d’une troisième Laver Cup et elle le doit en grande partie à Roger Federer (7-5). Ce n’est en effet pas faire injure à Rafael Nadal, vainqueur cahin-caha de Milos Raonic, que de souligner que le Bâlois a doublement marqué les esprits samedi à Palexpo. D’abord en choisissant de défier Nick Kyrgios, la plus sérieuse menace mondiale (l’Europe avait la main sur les compositions hier).

Ensuite en résistant pendant plus d’une heure à la furia de l’Australien, estourbi au bout d’un «match tie-break» taille patron. Les frères McEnroe sont donc prévenus: pour réussir le casse du siècle, le «Team World» devra passer sur le corps d’un fringant «papy Fed». Et d’un Rafael Nadal qui a terminé ses 3h30 de tennis hier soir en montant en puissance (malgré la défaite face à Kyrgios-Sock) Le pari est-il réaliste ? Non. Ce serait donc le premier miracle de l’histoire de la Laver Cup.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.